Translate

jeudi 4 février 2016

Tunisie – Zones défavorisées : un programme pour booster cinq régions

Les résultats du programme d’appui au développement des zones défavorisées ( AZD ) ont été dévoilés, aujourd’hui 4 février lors d’une conférence de presse tenue à Tunis en présence de Yassine Brahim.

Le projet qui a vu le jour en 2011, vise dans sa première composante l’appui à la création d’emplois et l’accompagnement à la réinsertion professionnelle en complétant les dispositifs de l’Etat.

Le projet est lancé par le gouvernement tunisien, l’Organisation internationale du Travail ( OIT ) et cofinancé par l’Union européenne ( UE ) pour un montant de 6.495.043 euros et cible les gouvernorats de : Gafsa, Kasserine, le Kef, Sidi Bouzid et Siliana. Notons que le ministère l’Investissement et de la coopération internationale est le ministère de tutelle du programme sur le territoire tunisien.

Zones défavoriséesLes résultats par gouvernorat, d’après le rapport officiel et le documentaire diffusé à l’occasion de la conférence sont palpables.

Pour le gouvernorat du Kef, le désenclavement de Douar Ousseletia a permis de dynamiser l’économie locale (la production laitière passant de 150 à 500l par jour), de fournir de nouvelles activités aux femmes (20 unités d’élevage poulets fermiers) et de faciliter l’accès à l’eau et à la santé. Ainsi une assistance a été fournie aux femmes afin qu’elles puissent commercialiser leurs produits. A travers les témoignages des femmes en question, il était bel et bien clair que leur quotidien a changé.

Le cas du gouvernorat de Siliana est différent, le village de Kesra a bénéficié d’un aménagement hydro-agricole pour son micro barrage. Une action pareille avait eu un effet bénéfique sur les agriculteurs qui cultivent environ 20 hectares, par ailleurs les capacités des femmes ont été renforcées en matière de transformation de figues et ont fini par avoir un statut officiel de groupement des femmes.

Au gouvernorat de Kasserine, grâce à l’intervention du projet, deux entreprises employant une cinquantaine de jeunes dans la taille de pavés ont vu le jour. D’après la même source : « En une année 100 mille pavés ont été taillés et cinq villes de l’intérieur ont marqué leur intérêt pour ce matériaux 100% local ». Dans la délégation de Sbeïtla, suite à une formation poursuivie par les femmes en matière de fabrication de fromage, le projet leur a fournit les équipements nécessaires pour la création d’une fromagerie artisanale. Selon le rapport, les femmes qui se sont inscrites dans ce projet ont pu multiplier par cinq fois leurs revenus.

Pour le gouvernorat de Sidi Bouzid, la rénovation du chantier du marché municipal hebdomadaire a pu apporter un appui aux petits artisans de bois d’olivier de Sidi Bouzid, en les organisant en association, afin de mieux défendre leurs intérêts. Notons que « les voiries autour du marché sont réalisées en pavés de roches à joints secs (en provenance de Thala), nouvelle technique utilisant 100% de matériaux locaux et fortement génératrice d’emplois. » Les premières estimations de ce projet indiquent qu’il y a un coefficient de 1 à 110 en emplois créer par rapport aux voiries bitumées. »

A Gafsa, délégation de Sidi Aich, une vingtaine de jeunes a été formée aux techniques de l’extraction et de la taille de pierre. Il est prévu de les réunir dans une PME. Pour le cas de la délégation de Belkhir, 36 ménages ont bénéficié d’une formation en culture maraichère, en collaboration avec le CFPA de Gafsa, ce qui a eu un impact positif sur 50 hectares.

Par Hamza Marzouk - Source de l'article l'Economistemaghrebin

Aucun commentaire: