Translate

samedi 11 mars 2017

Front commun pour stabiliser l’espace méditerranéen

ARLEM Assembly
Les dirigeants locaux et régionaux de divers pays méditerranéens et de l’Union européenne ont exhorté les gouvernements nationaux et la communauté internationale à collaborer plus étroitement avec les maires et les gouverneurs pour contribuer à stabiliser la situation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. 
Les conflits en Libye et les défis posés par la migration et le changement climatique sont des sources d’inquiétude majeures pour les maires, les gouverneurs et les représentants régionaux de l’Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne (ARLEM), qui s’est réunie à Malte le 23 février.
Lors de leur principale réunion de l’année, les membres de l’ARLEM, issus du Comité européen des régions (CdR) et d’États méditerranéens non membres de l’UE, ont souligné la récente coopération avec des villes libyennes comme preuve que, même dans des conditions difficiles, les villes peuvent établir des partenariats qui contribuent à la stabilisation. 
Dans une résolution sur la Syrie, ils ont également déclaré «qu’ils étaient disposés à soutenir le peuple syrien dans ses efforts pour mettre un terme à la guerre civile et lutter contre l’extrémisme et la radicalisation», en faisant remarquer que «cette aide est déployée en premier lieu dans les villes voisines qui accueillent des réfugiés et qui font face à l’urgence humanitaire».
Markku Markkula, coprésident de l’ARLEM et président du CdR, a affirmé: «Nous ne pouvons véritablement garantir la sécurité et la prospérité de l’Europe si son voisinage est instable. L’ initiative de Nicosie , qui permet aux partenaires européens et méditerranéens de partager leur savoir-faire et d’apporter un soutien pratique aux autorités libyennes, n’est qu’un exemple de la manière dont les autorités locales et régionales peuvent avoir une réelle valeur ajoutée, au moyen d’outils tels que la diplomatie des villes et la coopération décentralisée. Seule la collaboration sur le terrain permettra à l’UE de trouver des solutions durables à la crise migratoire, à la traite des êtres humains, aux guerres et à la menace terroriste.»
Les collectivités locales syriennes n’étaient pas représentées à la réunion de l'ARLEM, mais une délégation libyenne - menée par Abdelrauf Beitelmal, maire de Tripoli, et Mustafa al-Baroni, maire de Zintan, et composée de représentants de Benghazi, Sebha, Syrte et Tobrouk - s’est exprimée lors de la session plénière de l’ARLEM ainsi qu’à la conférence du 22 février consacrée à la migration.
La migration en provenance de Libye a été l’un des thèmes centraux de la conférence sur la migration et de la session plénière. Au cours de la réunion, l’ARLEM a adopté des recommandations sur les politiques énergétique et climatique ainsi que sur la coopération transfrontalière dans la région méditerranéenne.
Parmi les autres décisions prises à Malte, l’ARLEM a accepté d’envoyer des membres en Tunisie en qualité d’observateurs des élections locales qui auront lieu cette année, dans le cadre d’une mission organisée par le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe.
En savoir plus

ARLEM – Page internet

Aucun commentaire: