Translate

dimanche 7 février 2016

Automobile - Toute la Méditerranée attire les constructeurs

Des Français, des Italiens des Allemands mais aussi des Iraniens et des Chinois comptent installer des usines de fabrication automobile en Algérie.

L'Algérie est décidée à suivre le mouvementLe mouvement de fabrication automobile a pris son envol comme l'attestent les chiffres 2015 confirmant l'importante croissance du secteur en Méditerranée avec des fortes progressions en Espagne et en Turquie alors que l'Algérie en est à ses premiers pas.

Deuxième pays européen derrière l'Allemagne en matière de construction automobile, l'Espagne a vu ses ouvriers fabriquer 2,733 millions de voitures (Renault, PSA, Volkswagen, Opel, Nissan) en 2015, soit 13,7% de plus qu'en 2014. La barre symbolique des 3 millions pourrait être franchie en 2017. Selon l'Association espagnole des constructeurs d'automobiles et de camions, 83% de la production est exportée.

Avec 1,5 million de voitures construites en France, un chiffre stable par rapport à 2014, la France arrive loin derrière l'Espagne, qu'elle devançait pourtant en 2012. Peugeot, Toyota, Citroën et Renault fabriquent encore des voitures en France. PSA produit 34% de ses voitures en France contre seulement 22% pour Renault. Des usines françaises sont déjà installées en Algérie ou en voie de l'être. Il y a aussi la Turquie qui enregistre comme l'Espagne une forte croissance de + 16%, qui lui permet de talonner la France avec 1,36 million de voitures fabriquées. Jamais la Turquie n'a produit autant de voitures qu'en 2015. Ford, Fiat, Hyundai, Renault, Toyota et Honda représentent l'essentiel des véhicules produits en Turquie. 73% sont exportés. Selon Econsontrum.info,

d'autres pays commencent à se faire une place au soleil, comme c'est le cas en Algérie pour concurrencer le Maroc. De nombreux constructeurs ont annoncé l'implantation de capacités de production en Algérie et même si les prévisions restent encore confidentielles dans le pays, leur choix demeure stratégique.

Dans un premier temps, les usines algériennes devraient produire des véhicules qui ne seront pas exportés et tous seront destinés au marché local. Le marché algérien a même consommé un demi- million de véhicules neufs en 2012 contre 390 410 véhicules particuliers vendus en 2011. Ainsi, les enjeux commerciaux restent importants et ne sont pas négligeables.

Installer des capacités de production dans le pays est un élément commercial important, selon les analystes, car il sera plus facile de défendre des positions commerciales historiques et en plus des français, des constructeurs nouveaux envisagent également de s'implanter en Afrique du Nord pour renforcer leur position dans la région.
L'Algérie dispose de quelques sous-traitants automobiles et l'enjeu de l'installation des constructeurs signifie l'arrivée d'ateliers, d'ingénieurs mais aussi une capacité d'exportation ou encore la formation en interne par les constructeurs des salariés.*

Par Ali Tirichine - Source de l'article l'Expressiondz

Aucun commentaire: