Translate

jeudi 21 juillet 2016

Fès Le Festival international de la culture amazighe rempile pour une nouvelle édition

La capitale spirituelle abrite, du 15 au 17 juillet prochains, la XIIe édition du Festival international de la culture amazighe. L’événement se veut être un forum international pour le rapprochement des cultures des deux rives de la méditerranée.

Bab-Al-Makina.jpg

«Amazighité et cultures méditerranéennes : le vivre ensemble» est le thème de la XIIe édition du Festival international de la culture amazighe de Fès qui se déroulera du 15 au 17 juillet. Organisée par l’association Fès-Saïss, le Centre Sud-Nord, la Fondation Esprit de Fès et la région de Fès-Meknès, cette manifestation sera animée par des intellectuels et des artistes issus d’une dizaine de pays du pourtour méditerranéen.

«Le festival de l’amazighité se veut être un forum international pour le rapprochement des cultures des deux rives de la méditerranée, l’encouragement du dialogue interculturel et interreligieux et la promotion de la culture amazighe et marocaine», a affirmé Moha Ennaji, directeur du festival et président du Centre Sud-Nord, lors d’un point de presse tenu vendredi dernier.

Cet événement international, qui acquiert au fil des ans une renommée extraterritoriale, constitue en effet un forum de dialogue et de débats d’idées sur l’importance de la culture amazighe dans l’enrichissement de l’authenticité et de la diversité du Maroc.

«Cette manifestation contribue aussi au rapprochement des différentes cultures et religions, au développement des valeurs humaines de liberté et de démocratie, à la vulgarisation de la culture du dialogue et de la tolérance, ainsi qu’à la lutte contre toute forme d’extrémisme et de radicalisme et à la consolidation de la paix universelle», a souligné la même source.

Le festival tourne autour d’un riche programme d’activités culturelles et artistiques, dont des conférences thématiques, des expositions artistiques, des lectures poétiques, des soirées musicales et des cérémonies en hommage à la militante Aïcha Ech-Chenna et à des journalistes basés à Fès.

Le programme prévoit ainsi une conférence sur «Le multiculturalisme, multilinguisme et démocratie au Maroc» qui sera animée par l’ex-ministre de l’Éducation nationale, Abdellah Saaf, et un débat sur «L’art de la coexistence : facteurs de motivation et obstacles» avec Ahmed Assid, président de l’Observatoire amazigh des droits humains et libertés.

D’éminents chercheurs universitaires issus du Maroc, d’Algérie, de Tunisie, d’Égypte, de Palestine, de France, d’Italie, d’Allemagne, de Belgique et des États-Unis animeront des conférences sur des thèmes divers tels «L’amazighité, civilisation méditerranéenne et le vivre ensemble», «Diversité culturelle et conflit dans la région méditerranéenne», «Littérature, migration et création artistique», «Amazigh, islam et le vivre ensemble», «Lutte contre la violence et résolution des conflits», «L’impact de la révolution syrienne sur la région méditerranéenne» et «La diversité linguistique et culturelle au Maghreb».

Le programme comporte aussi des lectures poétiques avec la participation des bardes Saïda Khiari, Moha Ziadi, Saïda El Kabir et Bassou Oujebbour, en plus d’ateliers sur l’écriture, le conte et la peinture. Des concerts artistiques agrémenteront les soirées à la place Bab Al-Makina avec la participation du groupe mythique Nass El Ghiwane, les artistes Nouamane Lahlou, Cherifa Kersit, Salh El Bacha, Najat Rajoui, Badr Soltan, Ahidous de feu Moha Oulahcen Achiban, Bahari Barcelona (Espagne) et la Paranza del Geco (Italie).

Par Kaddour Fattoumi - Source de l'article Le Matin

Aucun commentaire: