Translate

jeudi 21 juillet 2016

Regards croisés sur les discours de l’altérité dans l’espace méditerranéen (Alger)

Afficher l'image d'origine

Argumentaire

Le laboratoire Interdisciplinaire de Recherche Analyse du Discours, Didactique des langues et interculturalité(LIRADDI) se positionne comme un lieu de réflexion mais également comme un lieu d’action et d’interaction entre les chercheurs de l’université d’Alger2 et tous ceux de la Méditerranée qui pourront faire état de leurs regards croisés sur le thème de l’altérité dans les discours en contexte plurilingue, à l’ère de la mondialisation. Contexte particulièrement favorable à l’emploi de clichés ou stéréotypes ethniques et religieux, issus des imaginaires, des cultures et des visions du monde qui peuvent générer des dynamiques d’intégration, d’exclusion, d’assimilation, d’humiliation ou de rejet.

L’identité et l’altérité se présentent comme deux notions dialectiques, complexes et d’actualité. Notre objectif est d’approfondir la réflexion sur les processus de catégorisation et de stéréotypisation de l’altérité en favorisant des rapprochements interdisciplinaires entre analystes du discours, littéraires, didacticiens, historiens et politologues.

Le discours médiatique

Ce premier colloque international de LIRADDI en partenariat avec l’Ecole Nationale Supérieure de Sciences Politiques permettra d’étudier les stéréotypes présents dans les discours médiatiques qui sont, souvent, nourris des tensions conflictuelles.En effet, les médias (presse écrite, chaînes télévisuelles d’information, reportages, dessins de presse, presse numérique, Internet …) produisent des images qui font appel à différents “modèles de mémoire” (celle des mots et celle des dires), créent des effets de réel ou des amalgames et imposent de nouveaux concepts stigmatisant la représentation de l’altérité ethnique.

Le discours politique

Ce colloque s’interrogera sur le pouvoir des mots dans les discours politiques. «Les mots ont donc un pouvoir et d‘abord celui de dire, de vouloir dire, de signifier. Les mots disent toujours les choses ou les concepts qu’ils désignent par convention sociale, ce qui constitue leur contenu sémantique fondamental. Mais, bien souvent, ils veulent dire ce qu’on veut bien leur faire dire, ce qui constitue leur valeur contextuelle ou situationnelle. Les mots n’ont pas de signification, comme chacun sait, ils n’ont que des sens que leur octroie celui qui les emploie en fonction de son appartenance sociale ou politique, donc en fonction des intérêts des groupes et des enjeux de pouvoir. En cela, les mots sont objets de multiples manipulations, de divers “réglages de sens”». (Ngalasso Mwatha Musanji, Démocratie: le pouvoir des mots, 1996: 11). Cette citation nous permettra de nous pencher sur les différentes perceptions de l’Autre à travers les mots et les discours politiques qui les sous-tendent.

Le discours littéraire

Une attention particulière sera accordée à la notion d’interculturalité qui s’intéresse à l’altérité du point de vue de la compréhension et de la production littéraire des écrivains francophones (français, maghrébins et particulièrement algériens) qui considèrent que toute littérature est unchamp de combat d’identités, de langues et de signatures, et qui revendiquent le droit de composer une identité qui leur soit propre et le droit à la modernité.

Plusieurs axes de réflexion sont à explorer au cours de ce colloque:
  • Ethos, altérité et violence dans le discours médiatique
  • Immigration et islamophobie dans le discours politique
  • Altérité et interculturalité dans le discours littéraire francophone
  • Altérité et interculturalité en contexte plurilingue.
  • Regards croisés sur la production de l’altérité ethnoculturelle et religieuse dans les discours médiatiques, politiques et littéraires.
  • Quelles places et quels rôles occupent les discours médiatiques, politiques et littéraires dans la construction identitaire ?
  • Comment les personnes se situent-elles, entre une appartenance identitaire et une réflexion ouverte sur la complexité des représentations de l’altérité ? Quel interdiscours ? Quelles contradictions ?
  • Quelle est la place du culturel et du religieux dans l’espace médiatique ?
  • Comment sont envisagés les concepts de l’altérité et de l’interculturalité à travers les discours médiatiques, politiques et littéraires ?
  • Quelle est la nature du regard sur l’Autre dans le discours médiatique occidental ? Comment ce type de discours peut-il engendrer « une violence» par rapport à d’autres religions et à d’autres cultures?
  • Comment les écrivains se présentent-ils et se représentent-ils dans leur réalité interculturelle?
C’est à toutes ces questions, et à d’autres encore, que nous invitons les participants à réfléchir sur cette thématique de l’altérité dans le cadre cette rencontre scientifique pluridisciplinaire.

Deux journées seront consacrées à ce colloque au cours duquel des chercheurs de différents pays participeront avec des interventions sous forme de conférences, communications et ateliers. Il s’agira d’explorer les approches analytiques interdisciplinaires, d’examiner les contenus imaginaires, d’observer les mots et leurs manières de dire et de comprendre les processus de catégorisation et de stéréotypisation en mobilisant à la fois les notions et les grilles de lecture appartenant à plusieurs disciplines.

Calendrier :

20 septembre 2016 : date limite d’envoi des propositions de communication (axe choisi, titre et résumé d’environ 3000 signes maximum, espaces inclus (fichier au format Word), accompagnés d’une brève notice biographique comportant les renseignements suivants : statut, affiliation et coordonnées) aux adresses suivantes : 

20 octobre 2016 : réponse du comité scientifique du colloque
05 et 06 décembre 2016 : dates du colloque
06 février 2017 : lancement de la publication

Frais de participation :

Participants étrangers : 50 € (frais payables sur place).

Présidence et organisation décembre 2016 :
AIT DAHMANE Karima, Professeure, Université Alger 2, BEDJAOUI Meriem, Maître de conférences HDR, ENSSP, Alger, AMOROUAYACH Essafia, Maître de conférences HDR, Université Alger 2 et Ferchouli Fatma-Zohra, Maître de conferences HDR, ENSSP, Alger

Suite et source de l'article Fabula

Aucun commentaire: