Translate

dimanche 12 février 2017

L’UE propose de nouvelles mesures de migration pour la route de la Méditerranée centrale

Federica Mogherini
Hier, la Haute représentante de l’UE Federica Mogherini et la Commission européenne ont présenté un certain nombre de mesures supplémentaires visant à renforcer le travail déployé par l’UE le long de cette route, en particulier en ce qui concerne la Libye et sa région. 
Ces mesures sont essentiellement destinées à lutter contre les réseaux de trafic de migrants et de traite d’êtres humains, à contribuer à une gestion plus efficace des flux migratoires, à continuer à sauver des vies en mer et à améliorer les conditions de vie des migrants et des réfugiés en Libye et dans les pays voisins.
« Il est essentiel que nous fassions tous davantage, et par tous, j’entends tous ensemble. C’est la raison pour laquelle nous avons présenté aujourd’hui, conjointement, un ensemble de mesures concrètes supplémentaires pour contribuer aux discussions des chefs d’État et de gouvernement lors du sommet de Malte et proposer des actions tangibles pouvant apporter des résultats positifs. Une enveloppe de 200 millions d’euros est prévue pour 2017 pour soutenir ces actions », a déclaré Mme Mogherini.
Les principaux objectifs des propositions sont les suivants :
  • Réduire le nombre de traversées et sauver des vies en renforçant le soutien actuel, notamment au moyen de l’EUNAVFOR MED opération Sophia, à la marine et aux garde-côtes libyens, en développant les activités de formation par l’octroi immédiat de 1 million d’euros supplémentaire au programme Seahorse et d’une aide de 2,2 millions d’euros au titre du programme régional de développement et de protection en Afrique du Nord, et en créant un centre de coordination des opérations de sauvetage en mer ;
  • Intensifier la lutte contre les passeurs et les trafiquants en veillant à ce que le réseau méditerranéen Seahorse soit opérationnel d’ici au printemps 2017 pour renforcer les autorités frontalières des pays nord-africains et permettre une meilleure coopération opérationnelle entre elles ;
  • Protéger les migrants, relever le niveau de réinstallation et promouvoir les retours volontaires aidés en soutenant la coopération du HCR avec les autorités libyennes pour gérer la situation des personnes ayant besoin d’une protection internationale, et en aidant l’OIM à améliorer la situation des migrants en Libye et à développer son programme d’aide au retour volontaire depuis la Libye vers les pays d’origine ;
  • Gérer les flux de migrants qui franchissent la frontière méridionale de la Libye en déployant l’éventail complet des missions et projets de l’UE afin d’aider les autorités libyennes à gérer les frontières et à protéger les migrants, en favorisant le dialogue entre la Libye et ses voisins et en poursuivant sur la lancée des résultats obtenus au Niger grâce au cadre de partenariat.
« La véritable solution à long terme réside dans deux objectifs difficiles à atteindre, mais sur lesquels l’UE travaille au quotidien. D’une part, la paix et la stabilité en Libye... Et, d’autre part, le développement économique de l’Afrique. À cet égard, notre travail quotidien se poursuit en ce qui concerne les pactes pour les migrations mis en œuvre avec 5 pays clés [Sénégal, Éthiopie, Niger, Nigeria et Mali], le plan d’investissement extérieur [européen], le fonds fiduciaire et le sommet de La Valette qui s’est tenu l’an dernier avec les partenaires africains », a ajouté Mme Mogherini.
Pour en savoir plus
SEAE – Libye
EU Neighbours – Libye
Délégation de l’UE en Libye – site internet et page Facebook

Aucun commentaire: