Translate

dimanche 22 mai 2016

Garcia-Margallo: “Le Maroc est la priorité maximale de Madrid“

Les pays européens semblent désormais bien conscients de l’importance du Maroc, devenu le verrou stratégique du Nord ouest africain et d’une partie du flanc sud de l’Europe. Ceci sans compter sa contribution à la lutte anti-terroriste.

Garcia-Margallo: “Le Maroc est la priorité maximale de Madrid“Le chef de la diplomatie espagnole, José-Manuel Garcia-Margallo, a affirmé mardi 10 mai à Séville que “la priorité maximale de la politique extérieure était le Maghreb et surtout le Maroc“.

Garcia-Margallo participait ce 10 mai à un séminaire à Séville, consacré aux “Opportunités et défis en Méditerranée occidentale“, organisé par l’Institut royal El Cano et la Fondation Cajasol.

Garcia-Margallo a souligné que «le vieillissement démographique européen et la perte de compétitivité nous obligent à explorer de nouveaux horizons, dans ce cas en Afrique du Nord», rapporte Europa Press.

Le chef de la diplomatie de Madrid a mis en relief «l’importance stratégique du Maghreb » pour l’Espagne, indiquant “qu’aujourd’hui, la priorité maximale de la politique extérieure espagnole est le Maghreb et surtout le Maroc“. Déplorant l’absence d’union maghrébine, Garcia-Margallo a indiqué qu’ «une des priorités de l’Union européenne est de favoriser cette intégration régionale».

Immigration

Garcia-Margallo a souligné la jeunesse de la population du Maghreb et la différence de revenus considérable de «3.000 dollars à 30.000 dollars par habitant entre le Maroc et l’Espagne, ce qui explique que des jeunes cherchent à gagner leur vie en Europe et en Espagne».

Rebondissant sur le thème de l’immigration, le ministre espagnol, tout en reconnaissant que celle-ci «pose des problèmes car il faut accueillir les migrants dans de bonnes conditions, celle-ci fait également partie des solutions».

Sur la sécurité, Garcia-Margallo a souligné que «78% des victimes du terrorisme en 2015 ne se trouvent pas au Maghreb, ce qui ne signifie pas que le problème n’existe pas». «La Libye constitue un problème de grande ampleur, a-t-il ajouté et la grande erreur de la politique extérieure occidentale a été de faire tomber un dictateur sans penser à l’après».

En avril dernier, au Conseil de sécurité des Nations-Unies, Madrid a œuvré à l’élaboration d’une résolution sur le mandat de la Minurso plus favorable à la position marocaine. Son parti, le Parti populaire, soutient, avec le PSOE, la position du Maroc sur le dossier du Sahara.

Source de l'article Media24

Aucun commentaire: