Translate

mardi 2 décembre 2014

Le processus euro-méditerranéen est à la croisée des chemins: la coproduction est la bonne direction

En juillet 2008, la création de l’Union pour la Méditerranée avait apporté un formidable élan au processus euro-méditerranéen. Admettons que cet élan est aujourd’hui dissipé. 

Il s’est brisé sur les obstacles, nombreux et difficilement prévisibles, qui se sont dressés entre-temps sur la voie du rapprochement des deux rives de la Méditerranée: dépression économique en Europe, instabilité de l’après «printemps arabe» sur la rive sud, crises en Syrie et en Libye, exaspération du conflit israélo-palestinien.

Ces évolutions ne doivent pas conduire au renoncement. Elles ont au contraire renforcé notre besoin de coopération. Car bien que nous soyons confrontés à des problèmes de différente nature au Nord et au Sud, nous pouvons trouver, dans la solidarité régionale, une solution commune aux crises de confiance que nous traversons.

Depuis de nombreuses années, IPEMED défend l’idée que la coopération économique doit présider à l’intégration euro-méditerranéenne, à condition qu’elle poursuive un développement équitable et partagé. Le concept de «coproduction» désigne des formes de coopération industrielle qui favorisent le rééquilibrage des rôles joués par le Nord et par le Sud de la Méditerranée. Jusqu’à présent, le modèle industriel qui prédominait dans la région se traduisait par le transfert des activités à faible valeur ajoutée dans les pays du Sud, où les entreprises du Nord cherchaient à profiter du bas coût de la main-d’œuvre (entendez délocalisation). Mais les choses changent et IPEMED l’a observé. Un nombre croissant d’entreprises du Nord considère autrement la localisation au Sud. Elles y développent des projets et des partenariats, soit au sein de leurs filiales, soit au côté d’entreprises et de start-up locales. Elles n’y cherchent plus des ouvriers non qualifiés, mais des ingénieurs, des agronomes, des logisticiens, des designers et d’autres employés qualifiés, dont le coût est moins cher qu’en Europe. Elles établissent sur place des unités qui ajoutent de la valeur aux processus de production européens. Entendez cette fois colocalisation.

Pourquoi la coproduction est-elle le modèle à suivre?

Les entreprises qui coproduisent sont celles qui ont su évaluer les ressources désormais disponibles au Sud (main-d’œuvre formée, infrastructures, dynamisme social) et déceler avant les autres leur potentiel. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si bon nombre d’entre elles sont des entreprises du Sud qui s’implantent au Nord selon un schéma comparable, comme l’algérien Cevital qui a racheté Fagor-Brandt cette année.

Elles agissent ainsi pour deux raisons. Premièrement, le développement au Sud d’activités à forte valeur ajoutée peu onéreuses soutient leur stratégie de recentrage, au Nord, sur le développement de produits innovants de grande qualité pour les marchés européens. Deuxièmement, le renforcement de la présence au Sud est conçu comme un moyen de mieux aborder aujourd’hui les marchés en croissance de la région, et demain ceux d’Afrique sub-saharienne, où s’installe déjà la concurrence, chinoise notamment.

Le Sud de la Méditerranée n’est plus une base arrière dédiée à la sous-traitance, mais une base avant, dédiée à la conquête de ces marchés émergents. La compétitivité est ainsi accrue au Nord comme au Sud.

Faire des pays du Sud de la Méditerranée des partenaires irremplaçables

Le modèle de la coproduction ne reproduit pas les contradictions inhérentes aux simples délocalisations (destruction d’emplois au Nord, création d’emplois précaires et non qualifiés au Sud, brain drain du Sud vers le Nord). Cette stratégie permet d’accompagner l’Union européenne dans son changement structurel vers l’économie du savoir (faire en sorte que les enfants d’ouvriers deviennent des ingénieurs). Elle permet aux pays du Sud d’offrir des perspectives d’avenir à sa jeunesse et de l’aider à connaître son émancipation économique sans avoir à s’expatrier.

Pour assurer le succès du modèle, il est nécessaire de consolider l’ancrage des pays du Sud dans l’espace productif européen. Dans l’ancien modèle de la sous-traitance, le lieu d’implantation importait peu. Le Maroc, la Tunisie ou l’Egypte auraient pu être indifféremment la Chine, l’Indonésie ou le Mexique. Il faut dorénavant que ces pays deviennent irremplaçables. Au Sud, les Etats doivent développer des programmes avec les entreprises, pour ajuster leurs capacités aux besoins généraux de l’industrie globale, mais aussi aux besoins spécifiques de l’industrie européenne: les standards, les métiers qui font défaut en Europe, etc.

Au Nord, l’Union européenne doit se résoudre à proposer un New Deal à ses partenaires méditerranéens, qui permettrait, par des investissements et une coopération renforcée, de mieux intégrer l’espace Nord-Sud auquel nous appartenons. Si les frontières économiques tombent, et que nous façonnons ensemble un avenir commun, la Méditerranée deviendra ce qu’elle doit être: un lieu d’échange, de progrès et de richesse partagée.

Par Jen Louis Guigou (Délégué général d’IPEMED)  et Maxime Weigert, expert coproduction - Source de l'article Webmanagercenter

----------------
A propos  d’IPEMED
L'Institut de Prospective Economique du Monde Méditerranéen (IPEMED) est un think tank euro-méditerranéen, dirigé par Jean-Louis Guigou, qui en est le fondateur et présidé par Radhi Meddeb.
Fervent partisan de la construction de la région méditerranéenne dans son ensemble, IPEMED est convaincu du rôle déterminant des entreprises, petites et grandes, dans ce domaine. Chaque année il organise, au Nord ou au Sud de la Méditerranée, le forum EMCC, réunissant les dirigeants des entreprises actives en Méditerranée, des investisseurs, des experts et des personnalités politiques de haut niveau. La prochaine édition se tiendra à Sousse, en Tunisie, le 4 décembre 2014.
www.emcc-forum.org

Aucun commentaire: