Translate

mercredi 13 mai 2015

Coopération algéro-française 4 accords seront signés le 12 mai prochain

La coopération industrielle algéro-française s’apprête à se consolider durant le mois courant avec la signature de quatre nouveaux accords de partenariat à la faveur de la réunion du comité mixte franco-algérien (COMEFA) qui se tiendra le 12 mai prochain à Annaba, en marge de l’inauguration de l’unité de production du groupe Alstom, selon le cabinet Algeria Business Consulting (Algeria BC), organisateur de l’événement.

Entre autres domaines de coopération qui seront touchés par ces accords, l’élargissement du champ d’intervention du groupe français Alstom. 
Jusqu’ici, son installation sur le marché algérien se limite à la construction de rames pour tramway mais à partir du 12 mai prochain, le groupe français étendra son activité sur le marché algérien à la fabrication d’équipements et cabines pour autorails à travers la nouvelle joint-venture CITAL dont la signature aura lieu en présence du ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius.

La coopération algéro-française dans le domaine du transport ferroviaire, tram et métro compris, s’est intensifiée durant le quinquennat, 2010-2014, alors que pour l’actuel quinquennat, (2015-2019), l’Algérie compte renforcer la production des équipements sur le marché national. Pour la seule année 2014, l’Algérie a importé du marché français pour plus de 180 millions de dollars en équipements de transport ferroviaire selon les statistiques des douanes françaises.

L’industrie automobile sera également concernée par la signature des nouveaux accords de coopération entre Alger et Paris. A cet égard, la partie française s’attèlera à l’élargissement de la gamme de pièces de rechange automobiles qui seront produites sur le marché local.

A travers cette démarche, le gouvernement français vise la consolidation de la position des groupes Alstom et Renault en Algérie, et ce, en réponse aux sollicitations du gouvernement algérien dont l’objectif est de réduire les importations et leur substitution par l’implantation des investissements étrangers au niveau local.

Source de l'article Econews

Aucun commentaire: