Translate

dimanche 24 février 2013

La troisième édition du Festival du Film Arabe Indépendant débute en Libye


La nouvelle scène cinématographique libyenne en vedette à Bengazhi


La troisième édition du Festival du Film Arabe Indépendant débute en LibyeC’est à Benghazi qu’a lieu cette année la troisième édition du Festival du Film Arabe Indépendant dédié aux longs ainsi qu’aux courts métrages. Le festival, parrainé par le conseil régional de la ville de Benghazi, a débuté ce 19 février et se tiendra jusqu’au 23 février au cinéma « L’éléphant ».
Khulud Alfallah du quotidien en ligne AlarabOnline nous parle du festival, de son organisation et des activités qui auront lieu dans les prochains jours.
Au sujet des nouveautés de l’édition de cette année, le fondateur et directeur du festival, Mohamed Makhlouf déclare : « La nouveauté de ce festival de cinéma est qu’il se déroulera dans la ville de Benghazi. De plus, pour la toute première fois, il offre une chance non seulement aux jeunes de la ville, mais aussi aux jeunes libyens de manière générale, de présenter leurs films et leurs rêves et de s’exprimer au sujet de leurs obsessions, de leurs frustrations et de leurs préoccupations. » Makhlouf ajoute « qu’il s’agit d’un festival ouvert tout aussi bien aux amateurs qu’aux professionnels et que les films non sélectionnés pour la compétition ne seront pas pour autant exclus du festival et seront projetés à un autre moment. »
Makhlouf insiste également sur la part de la participation libyenne. Selon lui, parmi les films libyens se trouvent de belles surprises, notamment des films de jeunes pour qui l’expérience de la réalisation est tout à fait nouvelle. Le meilleur film libyen sera par ailleurs récompensé par un prix au nom du martyr Mohammad Nabbous. Au sujet de impact du festival, son fondateur ajoute : « Je dis toujours que le développement de la confiance en soi nécessite beaucoup de patience et de la persévérance et si ce festival a un peu de succès, alors je serai heureux et reconnaissant. »
Les membres du jury quant à eux seront tous d’origine arabe et le comité sera présidé par Issam Tarkhan, président de la section cinéma et théâtre à l’université de Benghazi.
Films indépendants, esprits indépendants
Le mot d’ordre du festival est de mettre en avant, selon les mots du fondateur, « les films indépendants réalisés par des esprits détachés des autorités gouvernementales et des producteurs commerçants. » Les films présentés sont des films qui doivent divulguer des idées et des opinions développées loin de la censure.
Mais la liberté d’expression politique et son besoin de thérapie évident sont un devoir et une mission afin de garantir de la sorte le respect des aspirations de la jeunesse des pays arabes, soutient Makhlouf. « Ce sont ces jeunes du monde arabe et de Libye plus précisément qui se sont élevés en faveur d’un changement politique, d’une transformation du cours de l’histoire et d’un changement profond des vies des peuples de la région. Leurs pairs morts en martyrs nous ont permis d’accéder à cette liberté qui nous accorde aujourd’hui un espace pour la discussion. Les festivals constituent un noyau indispensable pour la construction d’un mouvement artistique plus riche et plus spécialement pour les activités liées à la culture, que les peuples réclament afin d’inscrire leur histoire et de graver les détails de leur société et des événements qui y défilent. »
Le festival ne se limite pas à la projection des films. Un grand nombre d’activités vont y être organisées. Il y aura notamment la tenue d’un atelier formatif et gratuit sur l’art de faire des vidéo et des œuvres cinématographiques comme la réalisation, le tournage, le montage, l’écriture de scénario, les pratiques liées à la réalisation de dessins animés et la production. Les projections quant à elles auront lieu en soirée et comprennent des œuvres  arabes, libyennes et des productions internationales. Il y aura des récompenses financières pour les meilleurs films ainsi que d’autres prix. Quatre manuels d’apprentissage des techniques de cinéma et de la vidéo seront daussi istribués gratuitement et un quotidien spécial sur l’actualité de l’événement sera imprimé lors du festival.
 Pour lire l’article original en arabe veuillez cliquer ici.

Aucun commentaire: