Translate

lundi 18 février 2013

Nutrition : Le régime méditerranéen? Tout le monde ne peut pas se l’offrir!


Le fameux régime méditerranéen recueille non seulement au fil des études des preuves innombrables de ses bénéfices pour la santé, mais il a également été reconnu au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est très bien, expliquent, dans l’Open BMJ ces scientifiques italiens de l’Université catholique de Campobasso, mais il faudrait que tout le monde puisse en profiter.

Le régime méditerranéen est reconnu pour son efficacité contre le risquecardiovasculaire, contre certains troubles du sommeil pour booster la fertilité, préserver la santéosseuse, prolonger la longévité, bref, définitivement lié à la santé mentale et physique. Elu star des régimes alimentaires par la communauté scientifique, ce modèle commence à craquer sous le poids de la crise économique et du coût du chariot alimentaire de millions de familles à travers le monde.

Cette équipe de scientifiques italiens a cherché à voir si l'augmentation du coût des principaux produits alimentaires et si l'appauvrissement progressif de la population avait contribué à la pandémie d'obésité dans les pays méditerranéens (dont l'Italie, terrain de l’étude) au cours des dernières années. L’équipe a analysé des données sur 13.000 sujets inscrits dans un programme d’étude, (le projet Moli-Sani), regardé l'association entre le revenu et les habitudes alimentaires des participants et leur adhésion au régime méditerranéen.

C’est un vrai signal d’alarme tiré à partir d’une observation très simple : «Nous constatons que ce sont les personnes à plus faible revenu qui montrent une moindre adhésion au régime méditerranéen par rapport au groupe aux revenus les plus élevés.  Les personnes à revenu élevé présentent à 72% une adhésion forte à ce régime alimentaire. L’alimentation est de moins en moins saine et équilibrée pour les plus pauvres, qui recourent plus fréquemment aux plats préparés ou à la malbouffe, souvent moins coûteux que les aliments frais à préparer dans la tradition méditerranéenne". Dans la catégorie à plus faible revenu, ils enregistrent également et logiquement la plus forte prévalence de l'obésité, soit 36% vs 20% dans la tranche de revenu la plus élevée. Et cela après ajustement avec tous les facteurs de confusion possibles, comme le niveau d'éducation.

L’aspect intéressant de l’étude est que de petites différences économiques, dans un contexte régional homogène entraînent des différences importantes dans les habitudes alimentaires et ses effets sur la santé.

C’est un nouvel appel à la discussion sur l'accessibilité des aliments sains à des coûts abordables, qui va simplement dans le sens du droit à la santé pour tous, expliquent les auteurs. Réunir des preuves sur les effets bénéfiques du régime méditerranéen est une chose, maintenant il faudrait que tout le monde puisse en profiter.


Source de l’article Santelog

Aucun commentaire: