Translate

jeudi 21 février 2013

Salamé : On s’attend à une bonne performance du secteur bancaire en 2013


Le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé s’est voulu rassurant hier au cours de son discours inaugural à l’occasion de l’ouverture du Forum de la finance et des affaires. « La phase économique que traversent la plupart des pays de la région ainsi que ceux des pays du bassin méditerranéen n’est pas favorable aux investissements », a souligné M. Salamé en mettant l’accent sur le fait que le Liban souffre directement des conséquences de la crise syrienne.

« La crise de Damas a des conséquences néfastes sur l’investissement ainsi que sur la consommation », a indiqué le gouverneur de la BDL expliquant toutefois que « malgré tout, le Liban avait enregistré le meilleur taux de croissance en 2012 (2 %) parmi les pays arabes non producteurs de pétrole et les pays méditerranéens ».
Parallèlement, Riad Salamé est revenu sur le recul du tourisme et la baisse du nombre de permis de construire malgré « une demande interne correcte ».

Pour ce qui est de la performance du secteur bancaire, le gouverneur de la BDL a loué la hausse des profits bancaires enregistrés en 2012 par rapport à 2011. Dans les détails, il a rappelé que les dépôts de la clientèle avaient totalisé 9,1 milliards de dollars en 2012 (contre 7,6 milliards de 2011) et le nombre de crédits octroyés avait augmenté de 10 % en glissement annuel. M. Salamé a en outre souligné qu’il s’attendait à une bonne performance du secteur bancaire en 2013 en précisant qu’il ne s’attendait pas à des surprises quant aux budgets des banques libanaises cette année.
M. Salamé a également indiqué que certains indicateurs illustraient la résilience de l’économie libanaise. Il a ainsi mentionné une demande rigoureuse de la livre libanaise, une hausse des actifs en devises ; des devises qui ont totalisé 35 milliards de dollars en 2012 et qui ont permis de baisser le déficit de la balance des paiements qui est passé de 2 milliards de dollars en 2011 à 1,5 milliard de dollars en 2012.
En ce qui concerne le taux d’inflation, le gouverneur de la BDL a indiqué qu’il s’établissait à 5,3 % en 2012 et que la BDL œuvrait pour faire baisser ce taux à moins de 4 % en 2013. Rappelant que la BDL avait mis au service du secteur privé la somme de 1,4 milliard de dollars pour des prêts dans les secteurs de l’environnement, de la recherche, de l’éducation et de l’innovation, M. Salamé a souligné que cette aide servirait à enclencher une relance économique.
Enfin, Riad Salamé a réitéré les constantes de la politique de la BDL, à savoir une livre libanaise stable, des taux d’intérêt constants, un secteur bancaire qui jouit d’un taux élevé de liquidités. « Toutes ces données devraient encourager les investisseurs à se tourner de nouveau vers le Liban à condition toutefois que la situation sécuritaire et politique reste sous contrôle », a-t-il résumé.
Source de l’article l’Orient le Jour

Aucun commentaire: