Translate

jeudi 21 mars 2013

Des projets concrets pour redonner corps à l'Union pour la Méditerranée


Organisée pour la première fois au siège de l´Union pour la Méditerranée (UpM), à Barcelone, la réunion du Bureau de l´Assemblée Parlementaire a permis de donner un coup de projecteur, et peut-être un nouvel élan à une institution quelque peu somnolente jusqu'ici.
 De gauche à droite : Fathallah Sijilmassi (Secrétaire Général de l´Union pour la Méditerranée), Karim Ghellab (Président de la Chambre des Représentants du Maroc), Martin Schulz (Président du Parlement Européen) et  Saed Hayel Srour (Président de la Chambre des Représentants de Jordanie) (photo F. Matéo)
Car il faut bien admettre que l'UpM n'a pas été très active ces derniers mois face aux bouleversements en Méditerranée.
Une apathie qui s'explique notamment par le manque de moyens financiers pour mettre en œuvre une stratégie politique. Pourtant, le secrétaire général de l´Union pour la Méditerranée promet aujourd'hui un changement sensible : « Nous allons mettre en œuvre une série de projets concrets au cours des prochains mois », annonce Fathallah Sijilmassi.

Trois grands chantiers seront lancés dès le premier semestre 2013 : les programmes « Jeunes femmes créatrices d’emploi », « Gouvernance Méditerranéenne de l’Eau » et « Activités de Formation pour le Réseau Logistique Régional ». Ce dernier chapitre est le plus ambitieux, prévoyant des plans de formation à la logistique, la réalisation d'une autoroute trans-maghrebine et la construction d'une voie ferrée en Jordanie.

D'autres projets seront dévoilés au Sommet des 6 et 7 avril 2013 à Marseille, où se réunira une quarantaine de présidents des Parlements de l’UpM. Dont bien sûr le président du Parlement Européen Martin Schulz, qui a confirmé la présence de François Hollande en clôture de ce sommet de Marseille.

Martin Schulz a également souligné l'importance des projets mis en œuvre par l'UpM et la nécessité « d’aller de l’avant dans ce sens pour donner un nouvel élan économique et plus d’investissements, qui profiteront aux pays des deux rives de la Méditerranée ». La déclaration de bonne intention se double d'une promesse : « Les crédits alloués par la Communauté Européenne pour développer les projets de l'UpM ne seront pas affectés par les restrictions budgétaires récemment décidées. »
Par Francis Mateo – Source de l’article Econostruminfo

Aucun commentaire: