Translate

dimanche 24 mars 2013

Štefan Füle à l’issue de sa visite en Tunisie : l’UE souhaite la réussite du processus de transition et continuera à soutenir la Tunisie


À l’issue de sa quatrième visite en Tunisie depuis la révolution, lors de laquelle il a rencontré des présidents de partis politiques, des syndicats, des chefs d’entreprises et des activistes de la société civile, le commissaire européen en charge de l’élargissement et de la politique européenne de voisinage Štefan Füle a déclaré que l‘UE souhaitait que le processus de transition démocratique en Tunisie soit un succès ainsi qu’un modèle pour toute la région. 

L’UE continuera donc à soutenir les réformes du pays et est prête à adapter son assistance aux besoins spécifiques de la Tunisie, a-t-il poursuivi. « L’Union européenne restera aux côtés des citoyens tunisiens dans ce processus important et difficile, mais aussi gratifiant, de transformation. »
   
« Nous respectons les Tunisiens. La Tunisie et ses habitants sont des voisins que nous apprécions. Vous êtes face à de nombreux défis et la réussite du processus de transition est entre vos mains, mais vous n’êtes pas seuls. L’UE est un partenaire sur lequel vous pouvez compter et qui sera toujours à vos côtés, » a déclaré le commissaire.   
 
Au cours de cette visite de deux jours, M. Füle a rencontré le chef de l’Ennahda Rachid Ghannouchi, le président de Nidaa Tounes Beji Caid Essebsi, des représentants de la confédération des employeurs, le secrétaire général de l’UGTT Houssine Abassi mais aussi des représentants de la société civile.   
 
Durant ces réunions avec ses partenaires tunisiens, le commissaire Füle a réitéré le soutien indéfectible de l’UE à la transition tunisienne. Il a toutefois insisté sur la nécessité de mieux clarifier les prochaines étapes de ce processus : achever la rédaction de la nouvelle Constitution avec la participation de tous les acteurs politiques, fixer la date des prochaines élections du Parlement, introduire les réformes attendues depuis longtemps en vue de consolider les libertés fondamentales et définir la vision à long terme pour le pays. « Plus nous en saurons sur les besoins et les stratégies de nos partenaires tunisiens, plus – et mieux – nous pourrons travailler main dans la main avec la Tunisie en mettant nos instruments et notre assistance au service du processus de réforme, »  a affirmé le commissaire Füle.  
 
Évoquant le soutien offert à ce jour par l’UE à la Tunisie, le commissaire Füle a rappelé que l’UE avait considérablement revu à la hausse son aide financière, au travers de subventions, et qu’elle avait ainsi pratiquement doublé la coopération financière pour la période 2011-2013 pour la porter à 400 millions d’euros au total. Dans le cadre du Partenariat privilégié, l’UE entend également démarrer plusieurs négociations en vue de stimuler l’économie, comme l’accord « ciel ouvert », la zone de libre-échange approfondie et complète, l’accord sur le commerce des produits agricoles et l’accord sur les normes techniques. Le commissaire a rappelé que ces négociations étaient le meilleur moyen d’attirer les investissements en Tunisie, de développer le tourisme, de rétablir la confiance des investisseurs et de promouvoir les exportations de produits tunisiens. « Nous proposons de lancer des négociations pour un partenariat de la mobilité en faveur des citoyens. Nous venons de conclure un partenariat de mobilité avec le Maroc et encourageons nos amis et partenaires tunisiens à suivre rapidement cet exemple pour le bénéfice des citoyens tunisiens. »  
 
Le commissaire a également déploré que la dynamique positive de la révolution s’était ralentie ces derniers mois. « Nous sommes inquiets de l’aggravation du climat politique et du renforcement de la polarisation, qui risque de faire dérailler le processus de réforme. De l’instabilité et des violences seraient alors à craindre. Or, ce n’est certainement pas ce que les habitants de ce pays souhaitent et méritent. Tous les partis politiques doivent œuvrer pour calmer le climat politique, un climat basé sur le respect mutuel, l’inclusivité et la reconnaissance. Ils doivent aussi veiller à ce que la Constitution soit rapidement approuvée et des élections générales organisées, et cela dans un esprit de consensus. »  
 
S’agissant du Partenariat privilégié entre l’UE et la Tunisie, le commissaire Füle a appelé à un effort national unifié, qui tienne pleinement compte des valeurs et des principes au cœur de la révolution tunisienne. Il a plaidé pour l’instauration d’un climat de dialogue et de reconnaissance mutuelle entre tous les acteurs politiques, sociaux, économiques et de la société civile. Ce climat permettra en effet de se rapprocher de certains objectifs politiques urgents, comme l’accord sur la constitution et l’organisation d’élections libres et démocratiques mais aussi de répondre aux besoins économiques et sociaux urgents. 
 
Pour en savoir plus
EU Neighbourhood Info Centre : dossier de presse – La réponse de l’UE au « printemps arabe » : l’état des lieux deux ans après - Tunisie (12-02-13)
EU Neighbourhood Info Centre  - page web sur la Tunisie

Aucun commentaire: