Translate

samedi 28 février 2015

Lancement de la route des Phéniciens en MéditerranéeTaleb Rifaï et Michel Pharaon ont lancé la première étape d’un programme touristique impliquant dix-huit pays du pourtour méditerranéen.

Le président de l'Organisation mondiale du tourisme Taleb Rifaï a inauguré hier à Beyrouth un programme transnational pour soutenir le secteur en Méditerranée.

Taleb Rifaï et Michel Pharaon ont lancé la première
étape d’un programme touristique impliquant dix-huit pays
du pourtour méditerranéen.
La « route des Phéniciens » a été lancée officiellement ce vendredi à Beyrouth en présence du secrétaire général de l'Organisation mondiale du tourisme, Taleb Rifaï. Les itinéraires proposés dans le cadre de ce programme touristique passeront à travers dix-huit pays du pourtour méditerranéen pour mettre en avant 80 sites historiques et culturels.
Le projet initié en octobre au Caire par Michel Pharaon, le ministre libanais du Tourisme, entre maintenant dans sa première étape, celle de la préparation et des négociations. 
L'Organisation mondiale du tourisme (OMT), l'Unesco et la Chambre du commerce de la Méditerranée s'associent et souhaitent rassembler autour d'une même table les partenaires publics et privés potentiels afin d'établir le calendrier prévisionnel et le budget opérationnel. 
« Pour convaincre les pays, mais aussi les tour opérateurs, nous leur disons : ensemble vous êtes plus forts car vous partagez les coûts de promotion, d'organisation, etc. », explique Taleb Rifaï à L'Orient-Le Jour. L'organisation internationale prendra en charge la production du logo, de la marque et des lignes directrices du plan marketing pour une campagne financée par tous les pays membres. 
Pour convaincre de l'efficacité d'un tel programme, l'OMT s'appuie sur des initiatives précédentes « car le concept n'est pas nouveau », précise Taleb Rifaï. La route de la Soie relie depuis 12 ans plus de trente pays, du Japon à l'Italie, à travers l'Asie. Elle a permis de fédérer les initiatives touristiques nationales, mais aussi de régler des questions subsidiaires liées par exemple aux frontières car qui dit route dit facilitation des déplacements entre pays partenaires. 
Ces précédents permettent également de tirer des lignes directrices concernant les cibles potentielles de ces produits. « Les touristes venant de marchés lointains sont souvent intéressés par des programmes plus longs car ils voyagent plus longtemps et veulent explorer plusieurs pays », explique Sandra Carvao en charge de la communication de l'Organisation mondiale du tourisme. La route des Phéniciens, à vocation principalement culturelle, pourrait également se tourner du côté du tourisme nautique « car son tracé a une très forte présence côtière », complète-t-elle.
Cette initiative intervient alors que l'activité touristique dans la région a souffert ces dernières années du contexte sécuritaire et politique. « C'est aussi un moyen d'aller de l'avant », poursuit Taleb Rifaï selon qui les résultats ne sont pas si mauvais pour l'année 2014. Le Liban, par exemple, a réussi à inverser la tendance des trois années précédentes, avec une croissance de 6 % pour près de 1,4 million de visiteurs. Pour le directeur de l'OMT, les pays de la région doivent continuer à soutenir la croissance de ce secteur de l'économie créateur d'emplois, notamment chez les jeunes.

Par Louise Meunier - Source de l'article l'Orient le Jour

Aucun commentaire: