Translate

dimanche 14 juin 2015

Averroès Junior : 4 000 élèves ont participé à l’édition 2014-2015

Pour l’année scolaire 2014-2015, Averroès Junior a concerné 4 000 élèves provenant de 128 classes de 62 établissements scolaires dont 23 lycées, 17 collèges et 22 écoles primaires de Marseille, Plan de Cuques, Le Rove, Berre L’Étang, Châteauneuf-les-Martigues, Port Saint-Louis du Rhône, Martigues, Allauch, Cavaillon, Miramas, Aix-en-Provence, Avignon et Pertuis. 

Sans oublier les membres de 8 structures sociales : École de la deuxième chance - E2C ; Tétraccord ; Fraternité Belle de Mai Alpha ; Fraternité Belle de Mai FLE ; Acelem / Espace Lecture ; ADPEI - Acteur majeur de l’économie sociale et solidaire à Marseille ; Centres de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie en ambulatoire ; Cieres - Centre d’Innovation pour l’Emploi et le Reclassement Social. 
Il s’agit essentiellement de jeunes de 8 à 20 ans qui, avec les enseignants les encadrant et les divers intervenants, participent à ce processus original de partage des connaissances en Méditerranée. L’implication de ces publics varie selon l’action proposée. Les ateliers sont sans aucun doute les propositions qui mobilisent le plus les élèves. Et les outils de valorisation (blog et carnet junior) favorisent cet investissement puisqu’ils contribuent largement au partage des expériences. 
Créées et conçues par Thierry Fabre en 1994, les Rencontres d’Averroès sont désormais produites et organisées par Espaceculture_Marseille et France Culture à travers « La Fabrique de l’Histoire », émission d’Emmanuel Laurentin qui assure la conception des tables rondes depuis 2014. 
Rendez-vous événementiel tous les mois de novembre à Marseille et en région, elles s’articulent selon trois axes : les tables rondes, le prélude artistique et le dispositif Averroès Junior. Elles sont prolongées à l’international grâce à des partenaires tels que Shamms au Liban. 
C’est parce que les Rencontres d’Averroès ont toujours eu pour principe de s’adresser à un public le plus large possible, que le dispositif « Averroès Junior » a été mis en place dès 2005 par Espaceculture_Marseille. En effet, il semblait nécessaire de s’adresser aux jeunes générations, celles qui sont justement en train de construire leur rapport au monde et aux autres et ne pouvaient être exclues de ces moments de réflexions stratégiques. Et l’école semblait le meilleur moyen de convier ces jeunes à « penser la Méditerranée des deux rives ». 
Par le biais de propositions artistiques qui dépassent le cadre scolaire, le dispositif Averroès Junior permet aux enseignants d’intéresser leurs élèves aux enjeux euro-méditerranéens. Avec l’objectif de sensibiliser les jeunes générations à la complexité du monde méditerranéen, le projet ne cesse de faire des adeptes. Si le principe a été testé en 2005 avec 3 classes (90 élèves), aujourd’hui ce sont 4 000 élèves (de l’école primaire au lycée) qui ont été concernés par ce dispositif qui propose des ateliers de littérature, de photographie à la chlorophylle, de sensibilisation à l’écologie, d’écriture, d’initiation au décryptage d’archives ou de musique arabo-andalouse, des journées découverte, des projections de films avec des débats, des visites d’exposition ou bien encore la participation aux tables rondes ou à un concert. 
Depuis la 20e édition des Rencontres d’Averroès, ce dispositif est à l’honneur en ouverture des Rencontres d’Averroès, sur le site même des tables rondes, avec un événement qui a proposé à plus de 300 élèves collégiens, lycéens et stagiaires du CIERES (Centre Innovation pour l’Emploi et le Reclassement Social) la projection des films courts proposés par Tilt et un spectacle « Assia » tout à la fois chanté, dansé et joué par le groupe Massilia Ka et la compagnie Mamanthé. 
Les actions proposées sont différentes selon les niveaux scolaires. Généralement les lycéens bénéficient de propositions en lien direct avec la thématique des Rencontres d’Averroès (D’autres Méditerranées ?)alors que pour les élèves des écoles primaires et des collèges, les thématiques abordées sont plus généralistes : la création en Méditerranée, les questions d’identité, de religions, de droit à la différence, de connaissance de l’Autre. Et, d’année en année, le programme s’étoffe grâce à l’implication d’enseignants, à leurs suggestions, aux réunions bilan-perspectives organisées en fin d’année scolaire et à la rencontre avec de nouveaux partenaires

Source de l'article Destimed

Aucun commentaire: