Translate

dimanche 13 novembre 2016

COP22 - IRD (Institut de Recherche pour le Développement) mobilisé

Du 7 au 18 novembre 2016, Marrakech accueille la 22e Conférence des parties à la convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques. La COP22 doit s'inscrire dans l'action pour concrétiser les différents axes de l'Accord de Paris, obtenu fin 2015 grâce à la mobilisation politique et scientifique internationale. 

Résultat de recherche d'images pour "COP22 IRD"L'IRD et ses partenaires organisent plusieurs événements parallèles lors de la COP22, sur la région Méditerranéenne, l'observation des changements globaux et l'adaptation des populations. Soucieux de sensibiliser le grand public, en particulier les jeunes, l'Institut propose également des actions grand public dans l'espace société civile et dans la ville de Marrakech, et publie plusieurs ouvrages.

La science indispensable à la mise en oeuvre de l'accord de Paris

La participation de l'IRD à la COP22 s'inscrit dans la continuité de ses actions lors des COP20 et 21, tout en mettant l'accent sur les enjeux méditerranéens. Il s'agit de réaffirmer, au travers de ses actions lors de la COP22, des positions qui découlent de l'état des connaissances scientifiques existantes, comme des limites de celles-ci :

. Dans les pays du Sud et tout particulièrement sur les rives Sud et Est de la Méditerranée, il est impératif que la lutte contre le changement climatique se conjugue avec les objectifs du développement durable , afin de concilier atténuation et adaptation aux évolutions du climat, préservation de l'environnement et réduction des inégalités.
. Appui essentiel aux politiques publiques alliant lutte contre la pauvreté et préservation de l'environnement, la recherche joue un rôle multiple : diagnostic, suivi des événements climatiques, évaluation des impacts, identification de solutions et d'innovations technologiques permettant aux populations de s'adapter aux modifications environnementales, mais aussi renforcement des capacités de recherche et partage de l'information au Sud.
. La science doit s'inscrire dans une démarche pluridisciplinaire et de long terme , pour offrir une vision intégrée et globale des enjeux de développement. C'est pourquoi l'IRD oeuvre pour la création et la consolidation d'observatoires de l'environnement dans les pays du Sud.
. Universelle, la science du climat doit se nourrir des connaissances académiques produites au Nord comme au Sud , et tenir compte des savoirs et des savoir-faire détenus par les populations elles-mêmes.

COP22 : principaux temps forts de l'IRD

Depuis janvier 2016, les chercheurs de l'IRD et leurs partenaires ont organisé de nombreuses activités - colloques, ateliers, conférences, expositions, projections de films... - pour sensibiliser la communauté scientifique, les décideurs et le grand public en vue de la COP22. Pour en savoir plus.

Jean-Paul Moatti, président-directeur général de l'IRD, conduira une délégation d'une quinzaine de chercheurs à la COP22 . L'Institut et ses partenaires organisent plusieurs événements parallèles durant la conférence, parmi lesquels :
"Pour un réseau méditerranéen des formations professionnelles et de recherche sur les gestions agricoles de l'eau" , (8 novembre à 15h, zone verte, salle Draa)

Pour accompagner le développement des territoires irrigués en Méditerranée et celui des activités agricoles liées, il est nécessaire de former les générations actuelles et futures en leur donnant les outils d'analyse et de compréhension des dynamiques à l'oeuvre : changement climatique, changement sociétaux, économiques et institutionnels. Ces formations doivent être conçues dans un cadre renouvelé, interdisciplinaire et mettant l'accent sur les questions de terrain et l'opérationnalité. Ce side-event,organisé par l'Université Caddi Ayyad de Marrakech, l'Association française pour l'eau, l'irrigation et le drainage-Société du Canal de Provence (AFEID-SCP) et l'IRD, offre l'opportunité de discuter d'une solution de mise en réseau des formateurs pour proposer des schémas durables de formation pour la décennie 2020-2030.

- "La coopération scientifique franco-méditerranéenne dans la lutte contre les effets du changement climatique" , (10 novembre à 18h45, Institut français de Marrakech)

L'IRD participe à cette rencontre organisée par le Secrétariat d'Etat français à l'enseignement supérieur et à la recherche. Au programme : des interventions conjointes de scientifiques français et marocains autour de problématiques climatiques méditerranéennes, illustrées d'extraits du film "Planète sable", co-produit par l'Institut et le CNRS.

- " Aquaculture et pêche dans le contexte du changement climatique : défis et opportunités" , (11 novembre à 13h, zone verte, salle Oum Errabia)

Organisé par l'Institut national de recherche halieutique du Maroc, en partenariat avec la FAO et l'IRD, cet événement donnera un aperçu global des défis et opportunités liés aux impacts des changements climatiques sur la pêche et l'aquaculture. Il permettra également de présenter des exemples d'adaptation efficace et abordera les perspectives pour le secteur industriel.

- " Océan, climat, développement durable et ressources naturelles : approche de coopération tripartite" ,(11 novembre à 13h, zone verte, salle Draa)

S'appuyant sur des expériences de coopération scientifique entre l'Amérique du Sud, l'Afrique et la France, ce side-event présentera une plate-forme d'excellence internationale sur les changements climatiques et leurs impacts sur la Méditerranée, l'Afrique et l'Amérique Latine, en vue d'une gestion durable des ressources naturelles (eau, sol et végétaux particulièrement). Cette plateforme pluridisciplinaire (sciences de la mer, du climat, sciences sociales, droit) a pour objectif de mener une réflexion collective sur la structuration de la recherche scientifique dans le domaine des interactions, de la dynamique des océans, du climat et de ses impacts sur les ressources naturelles en domaine continental et côtier. Organisateurs principal : Université Ibn Zohr. Co-organisateurs : ministère de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement (Maroc), ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres (Maroc), IRD, CGE Brésil, Université nationale autonome du Mexique, Université Mohamed V de Rabat, Université internationale de Rabat et ONEE/IEA.

- "150 jeunes pour un climat sous surveillance" , (11 novembre à 15h, zone verte, salle Sebou) 
L'IRD et ses partenaires (l'Association des enseignants des sciences de la vie et de la Terre - AESVT Maroc, l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger - AEFE, l'Institut Français de Marrakech) invitent 150 jeunes collégiens et lycéens venus de France, d'Afrique du Nord (Maroc, Tunisie) et de l'Ouest (Niger, Burkina Faso, Sénégal), à mener une réflexion approfondie et éclairée sur les changements climatiques et leur incidence sur les sociétés et l'environnement, dans le cadre du dispositif Climat sous surveillance, initié à la COP21.

Après un séminaire de préparation à l'Institut Français de Marrakech (8-9-10 novembre), au cours duquel les jeunes échangeront autour d'ateliers et de rencontres avec les chercheurs, ils seront ensuite les acteurs d'un événement parallèle le 11 novembre. Ce sera l'occasion, pour les jeunes, de présenter la synthèse de leurs travaux et d'échanger avec des personnalités issues du monde de la recherche, de l'éducation et d'organisations internationales sur le rôle de la recherche pour comprendre les changements climatiques. Ces collégiens et lycéens porteront ainsi publiquement la parole des jeunes face aux changements climatiques, et s'engageront dans un programme pédagogique et scientifique de collectes de données météorologiques et climatologiques, ayant pour finalité de développer des actions d'atténuation ou d'adaptation.

- "La Méditerranée face au changement climatique" ,(12 novembre à 17h en zone verte, salle Bouregreg). Le side-event sera l'occasion de présenter l'ouvrage éponyme, publié pour la COP22 par les membres de l'Alliance nationale de recherche pour l'environnement (AllEnvi), et qui a mobilisé plus de 350 contributeurs internationaux.

- "Vers la création d'un groupe d'experts sur le changement climatique en Méditerranée" (MedECC), (14 novembre à 11h, zone verte, salle Draa)

Organisé par le Labex OT-Med, Aix-Marseille Université, le CNRS, le Plan Bleu, l'Advisory Council for Sustainable Dévelopment of Cataloniaet l'IRD, ce side-event présentera le réseau MedECC, crée lors de la conférence "Our common future under climate chande", organisée en 2015 à Paris en préparation de la COP21. MedECC a pour objectif d'offrir un soutien aux décideurs dans le domaine des changements environnementaux en Méditerranée.

- "L'Université face au défi climatique" : conférence des Présidents d'Universités marocaines, (14 et 15 novembre, à partir de 9h, zone verte, stand CPU Maroc). Les présidents de nombreuses universités marocaines et d'Afrique subsaharienne seront réunis afin de discuter du rôle de l'Université dans la lutte contre les changements climatiques (formation, recherche et responsabilité sociale) et de l'agenda de la recherche dans le domaine en Afrique. A l'issue des deux jours de conférence, les présidents d'université publieront une déclaration commune.

- "Les inégalités de genre face aux risques climatiques : comment promouvoir la résilience face aux catastrophes naturelles liées aux changements globaux ?" , (15 novembre à 18h30, zone bleue, pavillon France).

Les femmes et les filles sont les populations les plus touchées lors des catastrophes naturelles. Alors que le nombre d'événements climatiques extrêmes ne cesse d'augmenter, il est primordial que soient pris en compte les connaissances et le rôle social des femmes dans leur communauté dans les plans nationaux de réduction des risques environnementaux. Le documentaire " Femmes pour la planète" sera projeté à l'occasion de cet évènement, organisé par l'ONU-Femmes et l'IRD.

- "Rôle des informations météorologiques et agro-météorologiques dans le processus de prise de décision dans le contexte de changement climatiqu e", (17 novembre à 11h, zone verte, salle Oum Errabia) 
Les informations météorologiques, climatiques et agro-climatiques jouent un rôle important dans la prise de décision, notamment dans le domaine de l'agriculture et la sécurité alimentaire. Sans une information fine et consistante en matière de climat et d'agro-météorologie, il est très difficile de prétendre assoir les bonnes bases permettant le renforcement de la résilience d'un secteur de grande importance socio-économique tel que l'agriculture. Ceside-event,organisé par la Direction de la météorologie nationale du Maroc (DMN) en partenariat avec le Ministère délégué auprès du ministère de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement (Maroc), l'Institut national de recherche agronomique (Maroc) et l'IRD, propose de discuter du rôle de l'information, de l'état des réseaux, des besoins de renforcement et enfin des modèles climatiques et agro-météorologiques en Afrique.

- "Cadre général pour l'évaluation du plan d'actions 4 pour 1000 : contributions de la recherche" , (17 novembre à 13h, zone verte, salle Moulouya)

Lancée lors de la COP21, l'initiative mondiale "4 pour 1000" vise à améliorer les stocks de matière organique des sols de 4 pour 1000 par an, afin de compenser l'ensemble des émissions de gaz à effet de serre de la planète et contribuer par ailleurs à la sécurité alimentaire. Leside-event, organisé par l'IRD, l'INRA, le Cirad, le CGIAR etl'Ohio State Universitydans le cadre d'une journée consacrée au projet « 4 pour 1000 » du ministère français de l'Agriculture, permettra de proposer des méthodes et indicateurs pour concevoir et évaluer les projets 4 pour 1000 actuels ou futurs, démontrant la portée et la faisabilité de l'initiative par des études de cas, à travers des agroécosystèmes tropicaux, méditerranéens et tempérés.

- "Savoirs locaux et gestion du risque : des solutions innovantes pour les zones rurales et les systèmes alimentaires" ,(17 novembre à 17h, zone verte, salle Souss)

Proposé par l'Université Cadi Ayyad de Marrakech, ceside-event permettra de présenter les savoirs et des savoir-faire locaux en matière de gestion du risque climatique. Il sera également l'occasion de débattre des moyens à mettre en oeuvre pour favoriser leur reconnaissance et diffusion à grande échelle, comme solutions adaptatives au changement climatique pour de nombreuses régions du monde.

Des actions pour sensibiliser le grand public 

Dans le cadre de la COP22, l'IRD et ses partenaires proposent au public plusieurs animations pour sensibiliser le grand public aux impacts des changements climatiques et au rôle de la recherche pour lutter contre et trouver des solutions. Ainsi, l'IRD invite le public à découvrir des expositions en accès libre à Marrakech : 
Exposition de photographies "Les chercheurs se mobilisent pour le climat" , réalisée par l'ONCF et l'IRD, présentée à la gare et sur l'esplanade de la mairie de Marrakech : sécheresses, cyclones et ouragans, fonte des glaciers, raréfaction des ressources en eau, diminution du nombre d'espèces sur terre ou dans les océans... les impacts du changement climatique sont multiples. Pour les pays du Sud, s'adapter à ces bouleversements est devenu un enjeu majeur de développement et de lutte contre la pauvreté. Ces photos en sont le témoignage.

Exposition " Les agricultures familiales dans les pays du Sud" à l'Université Cadi Ayyad

Produite dans le cadre de l'année internationale de l'agriculture familiale, cette exposition rassemble une vingtaine de photographies prises par des chercheurs de l'IRD sur leurs terrains dans les pays du Sud. Elle invite à la découverte de la richesse des pratiques agricoles au travers des paysages très diversifiés. Elle montre, à travers le regard des scientifiques-photographes, la capacité des agricultures familiales à conquérir de nouveaux territoires, à innover et à s'adapter aux changements climatiques, démographiques et économiques de notre monde actuel.

Des projections de films coproduits par l'Institut sont proposées à l'Institut français de Marrakech et à l'Ecole supérieure des arts visuels notamment.

Après avoir traversé 5 villes du Maroc depuis juillet dernier, la Caravane des sciences pour le climat atteindra sa dernière étape à la COP22, à partir du 7 novembre en zone verte. Grâce à plusieurs animations proposées par les chercheurs, la caravane sensibilise le public, en particulier les jeunes, aux changements climatiques et leurs incidences sur les sociétés et l'environnement.

L'IRD participe à l'opération "Train du climat ", du 20 octobre au 18 novembre, réalisée par l'Office national des chemins de fer (ONCF) en partenariat avec un collectif de scientifiques marocains et étrangers. Une exposition itinérante est proposée dans 8 voitures d'un "train vert", à tous les publics, notamment les scolaires. Didactique et ludique, elle revient sur les causes et impacts des changements climatiques, notamment en Afrique et au Maroc. L'objectif : sensibiliser et mobiliser les citoyens pour préserver l'environnement.

Enfin, l'IRD, le Centre de développement de la région de Tensift (CDRT), le Conseil de la ville de Marrakech, le Conseil national des Droits de l'Homme (CNDH) et l'Université Cadi Ayyad s'associent pour proposer des contes sur le changement climatique dans les pays du Sud . En partenariat avec les chercheurs, les conteurs professionnels de la place Jemea El Fna ont rédigé un conte en langue darij. Cette initiative est l'occasion de sensibiliser la population aux impacts des changements climatiques sur la santé (humaine et animale) et sur le pouvoir d'achat. Ces contes abordent aussi les liens entre les convictions religieuses et le changement climatique et permettent au public de mieux comprendre cet évènement international qui se déroule à quelques pas de la place Jemea El Fna. Le conte, d'une durée d'une heure, sera présenté sur la place tous les deux jours.

Parution d'ouvrages 

A l'occasion de la COP22, les membres de l'Alliance nationale de recherche pour l'environnement (AllEnvi) publie nt La Méditerranée face au changement climatique. Cet ouvrage de synthèse exceptionnel présente un état des lieux de la recherche scientifique de haut niveau sur l'évolution du climat en Méditerranée. Souhaité par les autorités marocaines et préfacé par Hakima El Haité, ministre marocaine déléguée chargée de l'environnement, il témoigne de la mobilisation de plus de 350 auteurs - décideurs, scientifiques, chercheurs et universitaires - des deux rives de la Méditerranée pour comprendre les mécanismes du changement climatique dans la période actuelle et le passé ; les impacts du dérèglement climatique sur l'environnement, l'économie, la santé, les sociétés ; mais aussi pour suggérer et recommander des réponses, fondées sur l'« évidence scientifique » en matière d'adaptation, de résilience, de conservation des ressources ou de prévention des risques.

Par ailleurs, les éditions de l'IRD publient l'ouvrage Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ? Une expérience marocaine . Le succès du terroir dépasse aujourd'hui les frontières de l'Europe. Un nombre croissant de pays du Sud ont adopté l'idée que la valorisation des ressources locales et des patrimoines ruraux peut constituer l'un des grands chantiers de leurs politiques de développement. À partir de l'expérience marocaine, les auteurs s'interrogent sur le succès du transfert au Sud de cette notion. Les politiques de terroir peuvent-elles contribuer à créer ou à consolider des filières et à redéfinir des produits locaux qui répondent aux exigences de qualité des consommateurs urbains ? Peuvent-elles générer au niveau local des projets intégrateurs qui valorisent la complexité bio-culturelle des lieux ?

Enfin, l'Institut publie, avec le soutien du ministère des Affaires étrangères et du développement international, une nouvelle version de L'écologie des mondes - paroles d'ici et d'ailleurs sur le climat et l'environnement . Cette deuxième édition (la première ayant été publiée à l'occasion de la COP21) rassemble une soixantaine de citations sur le rapport de l'Homme à l'environnement et au climat, qui témoignent de l'universalité dans la littérature, la philosophie ou la poésie mondiales, quelles que soient les époques ou les cultures considérées. Préfacé par le Premier ministre indien, Narendra Modi, et le Président de la République française, François Hollande, ce recueil, fruit d'une collaboration entre l'Inde et la France, s'enrichit d'illustrations ainsi que d'introductions de deux éminents scientifiques : Dipesh Chakrabarty, professeur à l'Université de Chicago, auteur d'essais remarqués sur l'Homme et le changement climatique, et Philippe Descola, professeur au Collège de France, l'une des grandes figures de l'anthropologie française.

Retrouvez ces ouvrages sur le site internet des éditions de l'IRD : www.editions.ird.fr

Des ressources disponibles ! 

La brochure " Changement climatique - la recherche pour le développement relève le défi" est disponible, en français et en anglais, sur le site internet de l'IRD. Elle détaille les recherches menées par l'Institut et ses partenaires afin :
. D'observer et comprendre les mécanismes du climat et anticiper les changements
. De mesurer les impacts du changement climatique sur les écosystèmes et les conditions de vie des populations et proposer des solutions d'adaptation
. D'agir sur les facteurs du réchauffement climatique et en modérer les effets.

La brochure présente également le réseau d'observatoires de l'environnement déployé dans le monde, ainsi que les actions de formation, de valorisation de la recherche et de diffusion des connaissances mis en place par l'IRD.

Expositions, films, ouvrages, photographies : retrouvez toutes les ressources de l'IRD sur le changement climatique sur l'espace dédié du site internet de l'IRD.

Source de l'article Newpress

Aucun commentaire: