Translate

dimanche 20 novembre 2016

Tunisie-Investissements : Les Européens exigent des actes pour ouvrir le robinet!

Le nouveau code de l’investissement a fait l’objet d’un petit déjeuner-débat organisée, ce mercredi 16 novembre 2016, à Tunis. Ont assisté à cet événement le ministre tunisien de l’Investissement et de la Coopération internationale, Mohamed Fadhel Abdelkafi et les ambassadeurs d’Allemagne et d’Italie à Tunis. 

Abdelkafi a déclaré à l’occasion que la Tunisie est passée ces dernières années par une phase très difficile et compliquée qu’elle a pu dépasser grâce à l’héritage de Habib Bourguiba.

Il a, dans le même contexte, indiqué que la transition en Tunisie a un coût qui se chiffre à quelques milliards de dinars, une des raisons du blocage et de la réduction de la marge de manœuvres. Il a souligné qu’il partage l’idée selon laquelle l’État est devenu un mauvais gérant par rapport à l’investissement.

S’agissant de la situation économique, il a indiqué que la Tunisie est dans une période d’urgence économique, appelant ainsi le gouvernement à prendre les mesures nécessaires et adéquates pour dépasser cette période très difficile et compliquée.

Il a, dans le même cadre, indiqué qu’un énorme gap entre la perception économique et la vision politique existe depuis 5 ans en Tunisie, déplorant ainsi la disparition « des radars économiques » dans le pays.

Le ministre a toutefois affiché son optimisme quant à l’avenir du pays, estimant que la Tunisie pourra trouver sa stabilité si le gouvernement en place demeure inchangé et que la logistique d’action est améliorée.

Abdelkefi a par ailleurs démenti les propos selon lesquelles les Tunisiens ne veulent pas travailler, expliquant que le citoyen veut travailler mais dans un climat de décence, appelant ainsi le gouvernement à prendre les mesures nécessaires, à appliquer la loi et surtout à simplifier les procédures et accélérer les investissements.

L’ambassadeur de l’Italie à Tunis, Raimondo De Cardona, a fait savoir que les investisseurs italiens sont toujours là et sont intéressés par la Tunisie, mais ils ont besoin de recevoir des signes positifs sur les programmes et les orientations futures du pays. « L’Italie est là et la volonté est là aussi… Juste on a besoin de signes positifs. On doit être rassuré sur le fait que la Tunisie va se stabiliser », a-t-il ajouté.

Il a en outre indiqué qu’entre 200 et 250 investisseurs italiens sont attendus à la Conférence internationale sur l’investissement, félicitant ainsi les autorités tunisiennes pour l’organisation de cet événement.

Raimondo De Cardona a, dans le même cadre, souligné que les Italiens sont toujours intéressés par la Tunisie, assurant que la mise en place de ce nouveau code de l’investissement donnera plus de dynamisme au gouvernement et à la classe politique.

L’Italie continue, selon lui, de soutenir la Tunisie dans ses efforts visant la reprise économique, un investissement accru et la création d’emplois, appelant toutefois à mettre en place une nouvelle loi d’urgence facilitant les affaires liées à l’investissement. Il a aussi appelé à soutenir des PME en Tunisie.

Quant à lui, l’ambassadeur d’Allemagne à Tunis, Andreas Reinicke, a affirmé que le nouveau code de l’investissement est un bon signe pour les investisseurs allemands, et un premier pas pour développer le cadre juridique et économique du pays.

Après avoir félicité les autorités tunisiennes pour l’organisation en Tunisie de la Conférence internationale sur l’investissement, l’ambassadeur d’Allemagne a fait remarquer qu’il est persuadé que le futur de la Tunisie ne pourra être déterminé que par les investisseurs. Il est convaincu que l’État tunisien est devenu un mauvais gestionnaire et qu’il n’a plus la capacité de garantir l’investissement et l’emploi, comme il le faisait auparavant. «Aujourd’hui, c’est aux investisseurs de présenter, de créer et de procurer l’investissement et l’emploi » aux Tunisiens, a-t-il ajouté.

En outre, il a assuré que l’Allemagne va continuer à soutenir la Tunisie afin qu’elle puisse dépasser cette phase de transition, estimant que le nouveau code de l’investissement est une loi parfaite qui a nécessité des compromis et des négociations à l’intérieur et à l’extérieur du Parlement.

Il a recommandé de donner de l’importance aux PME comme moteur de la croissance et du développement en Tunisie, comme c’est le cas déjà en Allemagne où les PME sont mises au cœur de l’industrie, de l’investissement et de l’emploi. En revanche, il a indiqué que les PME allemandes ont besoin de la stabilité et d’un cadre juridique et économique fiable.

Par Khadija Taboubi - Source de l'article Africanmanager

Aucun commentaire: