Translate

mercredi 16 novembre 2016

La région Méditerranée mobilisée à Marrakech pour la COP22

La 22ème session de la Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, la COP22, qui se tient à Marrakech du 7 au 18 novembre 2016, donne l’occasion de faire entendre la voix de la Méditerranée.

La COP22 se déroule à Marrakech (photo F.Dubessy)
 La COP22 devrait permettre de concrétiser les engagements pris par les Etats lors de la COP21 à Paris pour limiter la hausse des températures à moins de 2 degrés. Arrêter un plan d’actions devient urgent alors que l’année 2016 devrait être la plus chaude jamais enregistrée depuis que sont mesurées les températures. « La tenue de la COP22 au Maroc va nous permettre d’attirer l’attention sur la situation critique de la Méditerranée face au changement climatique, de faire le point sur les programmes en cours et de développer de nouveaux partenariats pour agir » précise Anne-France Didier, directrice du Plan Bleu

La région Méditerranée est reconnue comme un « hot spot » du changement climatique. Selon le GIEC, une hausse des températures de 2 à 3°C est à prévoir dans cette partie de la planète à l’horizon 2050 et même de 3 à 5°C d’ici à 2100. Le niveau de la mer pourrait s’élever de 40 à 50 cm et les précipitations fortement diminuer d’ici la fin du siècle. En situation de stress hydrique en raison de la pollution et d’une surconsommation en eau liées à l’urbanisation des zones côtières, aux activités agricoles et à un développement de la fréquentation touristique (la région accueille un tiers des flux touristiques mondiaux), les pays riverains pourraient voir cette situation s’aggraver. Déjà à l’œuvre, la désertification, les pertes en biodiversité et les évènements climatiques extrêmes risquent de s’accélérer. D’où la nécessité d’anticiper et d’agir. 

Faire de l’adaptation au changement climatique une priorité pour la Méditerranée

Le Plan Bleu s’est mobilisé au sein de la famille du Plan d’Action pour la Méditerranée (PAM/PNUE) pour organiser plusieurs temps forts durant la COP22 et appuyer les initiatives de ses partenaires méditerranéens face au changement climatique. C’est le cas de la nouvelle Stratégie Méditerranéenne de développement durable (SMDD) 2016/2025 adoptée dans le cadre de la Convention de Barcelone dont on a célébré en 2016 le quarantième anniversaire. Mais aussi de protocoles comme celui concernant la gestion intégrée des zones côtières, entré en vigueur en 2011 et premier document régional juridiquement contraignant pour les 9 pays méditerranéens et l’Union européenne qui l’ont déjà ratifié. Ce protocole invite notamment les états signataires à maintenir des zones non constructibles sur la frange littorale. 

Le Plan Bleu co-organise ou participe également à plusieurs sessions comme celle proposée par l’ADEME pour la remise des trophées du changement climatique ou encore celle consacrée aux différents scénarios énergétiques en Méditerranée en partenariat avec l’OME (Organisation Mondiale de l'Environnement), l’Université polytechnique de Catalogne et Energy 2050. 


Par Christiane Navas - Source de l'article Econostruminfo

Aucun commentaire: