Translate

lundi 31 décembre 2012

L’ombre marocaine sur la visite de Hollande en Algérie


Les patrons français comme les politiques auraient peur de « froisser » leurs homologues marocains. C’est ce qui trivialement expliquerait, en bonne partie, la faible représentativité économique de la délégation économique qui accompagne le président François Hollande. Décryptage

M6 HollandeLes temps changent. En 2007, lors de la visite présidentielle de Nicolas Sarkozy en Algérie, ce dernier avait été accompagné par une kyrielle impressionnante de patrons et parmi eux une belle brochette de grands noms du CAC40. C’était l’époque du président-VRP, bien décidé à tout faire pour que le « made in France » se vende aux quatre coins de la planète. Concernant l’Algérie, Nicolas Sarkozy avait même fait siennes des propositions innovantes comme par exemple l’ouverture du capitale du gazier français GDF en échange de la mise en place d’un partenariat énergétique franco-algérien. Si le bilan économique général de l’ancien président français apparaît des plus contrastés, tel n’est pas le cas en ce qui concerne l’Algérie. Tramways, gestion de l’eau, marché automobile, hydrocarbures, il est indéniable que la présidence Sarkozy a conforté la France dans sa position de premier partenaire commercial de l’Algérie. Certes, quelques grands chantiers, notamment ceux du BTP, ont échappé aux groupes hexagonaux au profit de leurs concurrents chinois, mais, l’un dans l’autre, l’Algérie reste une chasse gardée française, du moins sur le plan économique. Et, à ce sujet, une statistique résume à elle seule cette réalité. Chaque année, l’Algérie est l’un des rares pays, sinon le seul, avec lequel la France présente un solde commercial positif et cela alors que cela fait des années que le commerce extérieur français est déficitaire.

Pas de grands noms économiques, des n° 2 et 3 seulement
Dans un monde normal, on pourrait penser que cette singularité algérienne oblige les acteurs économiques, et politiques, français, à être des plus attentifs et des plus empressés à l’égard d’un marché captif. Pourtant, il n’en est rien. A preuve, la visite de François Hollande en Algérie et la maigre représentativité économique dans la délégation qui l’accompagne.
Pas ou peu de grands noms, beaucoup de numéros deux ou de numéros trois et un Medef des plus discrets. Certes, le nouveau président français veut trancher avec l’empressement commercial de son prédécesseur. En veillant à ce que son voyage en Algérie n’ait pas un trop grand parfum économique mais plus politique, il cherche d’une certaine façon à restaurer le prestige de sa fonction.
Il est vrai qu’à force d’avoir fait du rentre-dedans ici et là pour vendre par exemple le Rafale, Sarkozy a réussi à irriter nombre de ses homologues chefs d’Etat. Hollande lui, veut montrer aux Algériens qu’il est possible et nécessaire de parler d’autre chose à commencer par le dossier malien mais aussi la question de la Syrie voire des situations en Tunisie et en Libye. Mais, dans le même temps, cette discrétion met en relief la réalité bien étonnante évoquée précédemment. C’est un peu comme si nombre de patrons français avaient honte ou éprouvaient une gêne à s’afficher en Algérie. Pourquoi une telle retenue ? La réponse aussi simple que triviale. Comme leurs homologues politiques, ces patrons ont en tête l’obsession de ne pas froisser leurs homologues marocains.

Un tropisme marocain !
On le sait, le Maroc fait l’objet de toutes les attentions de la part des milieux économiques français et de nombreux patrons, à l’image de Jean-René Fourtou, président du Conseil de surveillance de Vivendi, sont engagés dans une démarche volontariste pour convaincre des entreprises françaises d’investir dans le Royaume. Et, il est vrai, qu’il existe une passion marocaine chez les acteurs économiques français.
Une passion qui ne relève pas toujours des critères de rentabilité mais qui a aussi trait à la qualité de l’accueil sur place. A cet égard, nombreux sont les économistes français qui estiment que l’engouement envers le Maroc d’hommes d’affaires et politiciens français est quelque peu disproportionné par rapport à son potentiel réel. A l’inverse, l’Algérie, dont le potentiel de marché est évalué à 3 milliards d’euros en termes d’investissement (et dans l’hypothèse de réformes en ce sens) reste quelque peu « snobée ». Poids de l’histoire, incapacité à être aussi attractif que le voisin marocain, insécurité, législation fluctuante : tout cela explique en partie ces réticences.
Mais, force est de constater que l’Algérie ne bénéficie pas, auprès des milieux d’affaires français, de la considération que son statut de marché captif devrait imposer. En tout état de cause, il sera instructif de suivre de près la visite que François Hollande fera tôt ou tard au Maroc (tout le monde a noté celle de son Premier ministre Jean-Marc Ayrault la semaine dernière). Et gageons, qu’à ce moment-là, patrons et hommes d’affaires français seront très nombreux à être de la partie.
Source de l’article Maghrebemergent

Aucun commentaire: