Translate

mercredi 28 septembre 2016

Depuis janvier, les touristes européens boudent le Maroc, les MRE redressent la barre

Pas d'embellie dans le ciel du tourisme au Maroc. Selon les derniers chiffres publiés par l'Observatoire du tourisme, les traditionnels marchés émetteurs de touristes dans le royaume semblent de plus en plus frileux.

BEACH MOROCCO

Les arrivées de touristes en provenance du Royaume-Uni, d'Allemagne, de France et d'Italie ont encore diminué à fin juillet, enregistrant des baisses respectives de 7%, 3%, 2% et 2% par rapport à la même période l'année dernière. Le nombre de touristes espagnols, belges et hollandais a néanmoins connu des légères hausses de 1%, 1% et 2% respectivement.

Les nationaux (et bi-nationaux) sauvent la mise

Au total, le nombre de touristes qui ont visité le Maroc pendant les sept premiers mois de l'année 2016, Marocains résidant à l'étranger (MRE) compris, atteint les 6 millions, soit une légère hausse de 0,1% par rapport aux sept premiers mois de 2015. Dans le détail, le nombre des touristes étrangers à diminué de 4,3% et celui des MRE a augmenté de 4,7%, indique l'Observatoire du tourisme.

En terme de nuitées, les touristes nationaux sauvent la mise. Le nombre de nuitées totales enregistrées dans les établissements d'hébergement touristique classés ont ainsi augmenté de 11,8% pour les résidents, contre une baisse de 3,8% pour les touristes non-résidents soit, au total, une augmentation de 1% par rapport à fin juillet 2015.

Si les touristes non-résidents ont passé moins de nuitées dans le royaume, ils ont dépensé plus que l'année dernière. Durant les sept premiers mois de l'année, ils ont permis de générer 32,8 milliards de dirhams de recettes, contre 31,8 milliards de dirhams en 2015, soit une augmentation de 3,1%.

Baisse de 16% à Fès

Sans grande surprise, les deux pôles touristiques du pays, à savoir Marrakech et Agadir, ont généré à eux seuls 59% des nuitées totales depuis janvier, enregistrant des hausses de 1% chacune, relève l’Observatoire, qui ajoute que les autres destinations ont affiché des résultats contrastés. Fès et Rabat ont ainsi enregistré des baisses respectives de 16% et 3%, alors que Casablanca et Tanger ont connu des hausses de 4% et 14% respectivement.

Durant le seul mois de juillet 2016, le nombre d'arrivées des touristes aux postes frontières a enregistré une hausse de 7% par rapport à celui de 2015 (+2% pour les touristes étrangers et +9,2% pour les MRE).

Pourquoi les chiffres stagnent

Alors que le ministère du Tourisme ambitionnait d'atteindre la barre des 20 millions de touristes par an à l'horizon 2020, ce chiffre semble pour l'heure impossible à atteindre. Si le contexte international difficile est en partie "responsable" de cette stagnation du nombre de touristes dans le royaume, d'autres facteurs entrent en ligne de compte.

Selon Hassan Faouzi, géographe-sociologue spécialiste de la question, "l'émergence de nouveaux pays touristiques et culturels, la forte concurrence de destinations de tourisme de nature, l'offre touristique concentrée sur l’axe Agadir-Marrakech et une promotion qui s’inspire toujours des clichés habituels (le soleil, la mer et la détente)", peuvent expliquer cette baisse du nombre de touristes étrangers.

De même, "des régions touristiques mal identifiées, une offre patrimoniale peu lisible, des dysfonctionnements au niveau des dessertes régionales, un déficit de la communication autour de l’image du Maroc à l’international, le vieillissement d’une partie du parc hôtelier, ou encore l'inadaptation des normes de classement des hôtels à l’évolution des mentalités des nouveaux voyageurs et à leurs besoins" sont des facteurs non négligeables.

Par Anïs Lefébure -  Source de l'article Huffpostmaghreb

Aucun commentaire: