Translate

lundi 26 septembre 2016

L’UE réitère son soutien indéfectible à la Tunisie



Le Parlement européen (PE) a adopté une résolution concernant les relations entre l’UE et la Tunisie dans le contexte régional actuel. Dans ce document long et détaillé en date du 14 Septembre, le PE préconise d’approfondir le partenariat entre l’UE et la Tunisie. 

Le document contient 70 déclarations, propositions et recommandations concernant les réformes politiques et les institutions, le développement économique et social, la sécurité et la défense, la mobilité, la recherche, l’éducation et la culture.
 
Dans le document, le PE renouvelle son engagement vis-à-vis du peuple tunisien et appelle l'Union et les États membres à mobiliser et à mieux coordonner des moyens techniques et financiers substantiels pour apporter une aide concrète à la Tunisie. Il considère que la situation de la Tunisie justifie la mise en œuvre d'un véritable "plan Marshall" pour appuyer la consolidation démocratique et favoriser de manière globale l'investissement et le développement dans tous les secteurs de la vie économique et sociale.
 
Le PE est préoccupé par les difficultés socioéconomiques et budgétaires actuelles inhérentes à l'instabilité de la période transitoire et estime qu'il est essentiel que les autorités budgétaires consentent à un renforcement décisif des ressources de l'instrument européen de voisinage prévues pour la Tunisie;
La résolution salue la mise en place d'une commission parlementaire mixte UE-Tunisie, qui jouera un rôle central en permettant aux parlementaires européens et tunisiens de se rencontrer régulièrement et d'instaurer un dialogue politique structuré sur la démocratie, les droits de l'homme, l'état de droit et tout autre sujet d'intérêt commun.
 
Le Parlement demande à la Commission et au SEAE de continuer de soutenir la réforme du pouvoir judiciaire et l'état de droit, notamment en apportant un appui technique et financier à la mise en place du Conseil supérieur de la magistrature et de la Cour constitutionnelle. 
 
Sur le plan économique, le PE considère que l’aide apportée par l’UE à la Tunisie devrait être renforcée au titre de l’Instrument européen de Voisinage. La société civile, les autorités locales et d'autres acteurs importants devraient être associés au processus de détermination des priorités en matière de financement lors de l'examen à mi-parcours de l'IEV. De plus, la résolution salue le projet de plan stratégique de développement 2016-2020 de la Tunisie et préconise de le mettre rapidement en œuvre. Elle soutient les efforts déployés par les pouvoirs publics tunisiens en vue de moderniser et de libéraliser l'économie pour répondre aux nouvelles demandes au niveau national, régional et mondial.
 
Le document se félicite du lancement du projet "mobilité des jeunes, sécurité alimentaire et réduction de la pauvreté en milieu rural" par l'Agence de promotion des investissements agricoles (APIA), lequel vise à lutter contre le chômage des jeunes. Il préconise également le renforcement de la lutte contre la corruption afin d'instaurer un environnement plus favorable aux investissements et aux entreprises.
 
Le Parlement est préoccupé par la soutenabilité de la dette tunisienne et préconise de convertir la dette tunisienne en projets d'investissement. Il demande aux États membres de l'Union de déterminer les moyens de garantir un rééchelonnement de la dette de la Tunisie à des conditions préférentielles
 
Par ailleurs, il est préconisé d'axer davantage la coopération de l'Union sur l'économie verte et le développement durable, et de développer l'utilisation des énergies renouvelables ainsi qu'un meilleur traitement des eaux usées et des déchets.
 
Le PE est vivement préoccupé par les répercussions directes sur la sécurité en Tunisie de l'instabilité en Libye et reconnaît que le terrorisme est un enjeu partagé qui appelle une réponse commune. Il préconise une intégration sociale plus efficace des jeunes afin de leur permettre de trouver un emploi stable et d'empêcher qu'ils soient recrutés comme combattants par des organisations terroristes. Mais il est également inquiet quant à la loi relative à la lutte contre le terrorisme qui prévoit la peine de mort parmi les sanctions possibles. Selon le PE, cette loi pourrait entraîner des violations graves des libertés civiles. C’est pour cette raison que le moratoire sur la peine de mort doit continuer à être respecté.
 
En termes de mobilité, le PE salue la signature d'un partenariat pour la mobilité entre l'Union et la Tunisie et demande aux autorités tunisiennes de coopérer étroitement avec l'Union pour lutter contre l'immigration clandestine organisée. Il salue également la conclusion d'un partenariat entre l'Union et la Tunisie dans le domaine de la recherche et de l'innovation et préconise de développer les partenariats dans les secteurs de la création, de la culture, du sport, de l'éducation populaire, de la vie associative et de l'audiovisuel. 
 
Pour en savoir plus
Téléchargez la résolution (FR)
Relations entre l’UE et la Tunisie - Fiche d'information
Délégation de l’UE en Tunisie – site internet and page Facebook
 

Aucun commentaire: