Translate

dimanche 13 novembre 2016

La Semaine économique de la Méditerranée à la croisée des chemins

La 10ème édition de la rencontre méditerranéenne se déroule jusqu’à vendredi à la Villa Méditerranée. L’ Ocemo, l’organisateur veut passer la main aux collectivités locales…

sem eco med

Philippe de Fontaine Vive, fidèle à lui-même. Sans langue de bois et avec l’envie de secouer le cocotier local. Mercredi 2 novembre 2016, lors de la conférence de presse de lancement de la 10 ème Semaine économique de la Méditerranée, placée cette année sous le thème du numérique, l’ancien banquier, co-président de l’ Ocemo, l’Office de coopération économique pour la Méditerranée et l’Orient qui organise depuis 5 ans la manifestation a comme jeté un froid. 
« C’est la dernière année que l’Ocemo organise l’événement, c’est aux acteurs locaux de prendre le relais. »
 (lire par ailleurs les principaux extraits de l’intervention de Philippe de Fontaine Vive)


Jean Roatta, adjoint au maire de Marseille et conseiller métropolitain représentant Jean-Claude Gaudin a vivement réagi à l’interpellation de l’ancien vice-président de la Banque européenne d’investissement, aujourd’hui consultant. « L’année prochaine, il y aura une Semaine économique. (…) Nous aurons un conseil d’administration ce soir [mercredi 2 novembre]et c’est le conseil qui décidera » a affirmé l’ancien député des Bouches-du-Rhône en disant tout son attachement à l’événement et sa « formidable organisation. » Et de tracer une première piste pour la suite : « Cette année le Département des Bouches-du-Rhône est présent. C’est nouveau et c’est positif. Pourquoi il ne nous rejoindrait pas aussi au conseil d’administration ? » Patrick Boré le vice-président du Conseil départemental en charge des relations internationales évoque de son côté le nécessaire équipement en haut débit de la « Provence connectée. » Daniel Sperling, conseiller régional représentant Christian Estrosi insiste sur la politique économique mise en place à la Région. 


Laure-Agnès Caradec : exporter la ville méditerranéenne durable


Laure-Agnès Caradec, la présidente d’Euroméditeranée parle de son côté de « la ville méditerranéenne durable en construction sur Euromed 2 avec les démonstrateurs. « Comment pouvoir développer un modèle qui s’exporte dans les autres pays ? » s’interroge-t-elle. « C’est travailler avec les entrepreneurs comme nous le raison par exemple avec la Cité des entrepreneurs, stimuler l’innovation à l’image du concours Med Innovant où nous identifions des développements qui peuvent être déployés sur le territoire. » L’élue LR lance également un appel à « travailler ensemble, Etat et collectivités pour affronter ensemble la concurrence des métropoles. » 


Le numérique, une chance pour l’Afrique



Enfin, Louis Allocio pour la CCI Marseille Provence souligne le potentiel de développement économique venu d’Afrique et de Méditerranée, grâce notamment au doublement de la capacité du canal de Suez. Il souligne également la chance que représente le numérique pour les pays méditerranéens puisque selon lui « il n’y a pas besoin d’un grand passé industriel. Les technologies sont accessibles à tout nouvel entrant. »



Alors que la situation en Méditerranée reste très instable politiquement, et s’enfonce même dans une guerre sans fin en Syrie, la révolution numérique est bien le sujet qui réunit fédère. Les débats, ateliers et conférences plénières vont se multiplier durant trois jours dans une Villa Méditerranée qui n’a jamais si bien porter son nom. Gomet’ qui animera à 18h un atelier dans le Village de presse y a installé ses bureaux pour mieux suivre ce moment de « transformation. » Go !


Par Jean François Eyraud - Source de l'article GoMet

Aucun commentaire: