Translate

mercredi 5 avril 2017

Union pour la Méditerranée : La lutte contre la pénurie d’eau, une priorité !


L’Union pour la Méditerranée (UpM) travaille actuellement sur 21 initiatives de développement durable, dont huit concernent spécifiquement le problème de l’eau avec près de 430 millions d’euros d’investissement. 

Ces projets visent à garantir l’accès à l’eau et à contribuer à la dépollution de la mer Méditerranée tout en prévenant de nouvelles pollutions.

La région méditerranéenne est l’une des régions du monde les plus vulnérables au changement climatique ainsi que l’une des plus fragiles face à la demande en eau. On estime que plus de 180 millions de personnes dans la région ont un accès restreint à l’eau et que 60 millions supplémentaires sont confrontées au stress hydrique. Ces chiffres démontrent l’ampleur du défi auquel les pays de la région doivent faire face.

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, célébrée cette année le 22 mars par la Communauté internationale autour thème «Pourquoi les eaux usées», le Secrétariat général de l’Union pour la Méditerranée (UpM) a insisté sur la nécessité de continuer à renforcer la coopération régionale afin d’apporter des réponses à cette question de plus en plus préoccupante. En encourageant la définition d’un agenda de l’UpM sur l’eau, en agissant en tant que plateforme pour la coopération et le dialogue à travers le groupe d’experts de l’UpM sur l’eau et en faisant avancer la mise en œuvre d’une série de projets labellisés par l’UpM dans le secteur de l’eau, le secrétariat général a renouvelé son engagement de faire de l’eau une question prioritaire. Conformément à l’accent mis cette année sur la question des eaux usées, il convient de rappeler que plusieurs de ces enjeux sont directement liés à la diminution des ressources en eau et à la gestion des eaux usées en ville dans une région où la population urbaine a triplé en un demi-siècle.

L’UpM contribue à relever ce défi en faisant progresser un nouvel agenda de développement urbain dans lequel ces questions jouent un rôle essentiel. Dans un tel contexte, la réutilisation de l’eau et les ressources en eau non conventionnelles sont extrêmement prometteuses en tant que moyen de lutte contre la pénurie d’eau.

Pour une mer Méditerranée plus propre
Certains pays de la région se situent déjà à un taux d’exploitation des ressources en eau douce naturelles et renouvelables proche de 100% (selon l’indice d’exploitation des ressources en eau de l’Agence européenne pour l’environnement [AEE]) et les statistiques actuelles relatives à la réutilisation des eaux usées dans la région méditerranéenne démontrent le grand potentiel offert par l’extension de cette pratique. L’UpM travaille actuellement sur 21 initiatives de développement durable, dont huit concernent spécifiquement le problème de l’eau.

Parmi les exemples les plus représentatifs, on peut citer deux programmes. Il y a d’un côté le programme intégré pour la protection du lac de Bizerte contre la pollution, lancé en Tunisie en novembre 2016, qui contribue à améliorer les conditions environnementales et socio-économiques de plus de 400.000 habitants. Avec un investissement de 90 millions d’euros de la BEI, de la BERD, de l’UE et du Gouvernement tunisien, le projet fait partie de l’Initiative euro-méditerranéenne Horizon 2020 pour une mer Méditerranée plus propre et son achèvement est prévu pour 2022. Et de l’autre, le projet «Usine de dessalement pour la bande de Gaza» qui aidera à approvisionner en eau potable plus de 1,8 million de Palestiniens, offrant ainsi une solution durable à la pénurie d’eau chronique et persistante dans la bande de Gaza.

Les études de faisabilité technique et financière du projet se sont achevées et le Secrétariat général de l’UpM travaille actuellement en étroite collaboration avec le Gouvernement de Palestine pour aider à garantir l’implication de plusieurs institutions financières internationales et organisations internationales dans la mise en œuvre et la concrétisation du projet sur le terrain. Conformément à l’agenda des Nations Unies pour le développement durable à l’horizon 2030, le Secrétariat général de l’UpM a saisi l’opportunité de la célébration de la Journée mondiale de l’eau pour féliciter tous les acteurs et partenaires du bassin méditerranéen impliqués pour leurs efforts visant à garantir un accès à l’eau pour tous, une utilisation optimale des ressources et des économies plus durables. Il encourage par conséquent le renforcement des synergies et des initiatives de collaboration pour la promotion de projets plus aboutis et susceptibles de changer la vie de milliers de personnes chaque année.

À propos de l’Union pour la Méditerranée

L'Union pour la Méditerranée (UpM) est la seule organisation euro-méditerranéenne intergouvernementale réunissant les 28 pays de l'Union européenne et les 15 pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée. L’UpM offre un forum pour le renforcement de la coopération régionale, du dialogue et pour la mise en œuvre de projets et d’initiatives concrets ayant un impact tangible sur ses citoyens, notamment sur les jeunes, afin de répondre aux trois objectifs stratégiques de la région: la stabilité, le développement humain et l'intégration. Son secrétariat général est la plateforme qui permet de rendre opérationnelles les décisions prises par les États membres, en mettant en œuvre des projets stratégiques régionaux au moyen d'une méthodologie spécifique basée sur des réseaux multipartenaires dynamiques et sur l'échange de meilleures pratiques et de méthodologies innovantes. Actuellement, plus de 45 projets régionaux ont été labellisés par les États membres, pour une valeur de plus de 5 milliards d’euros, et se concentrent sur les domaines de la croissance inclusive, l’employabilité des jeunes, l’autonomisation des femmes et la promotion de la mobilité des étudiants ainsi que le développement urbain intégré et l’action pour le climat. 

Par Aziz Diouf - Source de l'article Leseco

Aucun commentaire: