Translate

mercredi 9 novembre 2016

Nouvel accord de pêche : Le Maroc et l’UE initieront « prochainement » des négociations

L’Espagne souhaite le lancement, le « plus tôt possible », de négociations pour la conclusion d’un nouvel accord de pêche. Le secrétaire général au ministère de la Pêche, Andres Ermida, a révélé que le Maroc et l’Union européenne initieront « prochainement » des discussions à cet effet. 


Des déclarations qui rejoignent ceux exprimés, en septembre, par Pedro Maza, le président de la Fédération des armateurs andalous. 

Le gouvernement espagnol est pressé de mettre sur la table les négociations pour le renouvellement de l’accord de pêche Maroc-UE. L’exécutif de Mariano Rajoy espère que les deux parties initieront « le plus tôt possible » des discussions en vue de la conclusion d’un autre traité. Cette fois, les propos émanent d’Andres Ermida, qui n’est autre que le secrétaire général du ministère de la Pêche. Des déclarations faites à la presse ibérique en marge de la 3e édition du congrès du thon, tenu la semaine dernière à Madrid.

Andres Ermida a révélé que Rabat et Bruxelles entameront « prochainement » des négociations, et ce, sans attendre l’expiration de l’actuel accord prévue en 2018. Cela permettra d’éviter à la flotte de subir les conséquences des ruptures de la durée des autorisations de pêcher dans les eaux atlantiques marocaines, octroyées à 120 chalutiers européens, a-t-il expliqué.

Eviter le coût des aides aux pêcheurs

Des arrêts qui contraignent l’Espagne et la Commission européenne à consentir des subventions financières mensuelles aux pêcheurs. En 2012 et suite à la fin du traité de 2007, Madrid et Bruxelles avaient dû consacrer, à parts égales, 5 357 160 euros à titre d’aides à 350 pêcheurs environ pendant une période de 183 jours. Une somme appelée à être revue à la hausse en 2018. Un fardeau pour les deux parties en ces temps de crise.

Les propos d’Andres Ermida rejoignent ceux prononcés il y a un mois par Pedro Maza, le président de la Fédération des armateurs andalous. Celui-ci affirmait dans des déclarations à la radio Cadena Ser que le renouvellement de l’accord de pêche de 2014 figurait sur l’agenda d’une réunion tenue mi-septembre à Barbate entre des représentants de l’Union européenne et leurs homologues espagnols. 

Pour rappel, l’accord conclu en 2014 autorise 120 navires de 11 États membres de l'UE (Espagne, Portugal, Italie, France, Allemagne, Lituanie, Lettonie, Pays-Bas, Irlande, Pologne et Royaume-Uni) à pêcher uniquement dans les eaux atlantiques du royaume y compris le Sahara. 

Par Mohammed Jaabouk - Source de l'article Yabiladi

Aucun commentaire: