Translate

mercredi 7 décembre 2016

Forum des aires marines protégées 30.000 euros pour la gestion durable du parc national d’Al Hoceïma

L’Association pour le financement durable des aires marines protégées de Méditerranée, dont le siège est à Monaco, a octroyé 30.000 euros à l'Association de gestion intégrée des ressources, qui contribue à la gestion durable du Parc national d’Al Hoceïma en partenariat avec le Haut Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification.

Forum-des-aires-marines-protegees-b.jpg
Les massifs calcaires, qui constituent une portion du littoral du parc d'Al Hoceïma, plongent dans la mer et constituent des falaises très hautes offrant un paysage naturel grandiose. 
Lors du deuxième Forum des aires marines protégées de Méditerranée, tenu Tanger du 28 novembre au 1er décembre, Xavier Sticker, président de l’Association pour le financement durable des aires marines protégées de Méditerranée (M2PA), a annoncé l'octroi de 60.000 euros à parts égales au Maroc et à la Tunisie pour couvrir des besoins prioritaires de gestion courante de ces aires marines. Selon un communiqué de l'association, M2PA a accordé 30.000 euros à AGIR (Association de gestion intégrée des ressources), qui contribue à la gestion durable du Parc national d’Al Hoceïma dans le cadre d'un projet participatif, en lien avec le Haut Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification.

Créé en octobre 2004, le Parc national d’Al Hoceïma est la plus importante aire protégée de la côte méditerranéenne du Maroc. Ce parc abrite une importante colonie de balbuzards pêcheurs, espèce d’oiseau menacée d’extinction en Méditerranée, et trois espèces de dauphins, le commun, le bleu et blanc ainsi que le grand dauphin. Près de 110 espèces végétales ont été recensées sur le site du parc Al Hoceïma. Ce financement est l'aboutissement du partenariat scellé, en septembre 2016, entre le Maroc et la Principauté de Monaco pour assurer une meilleure protection de la mer Méditerranée contre les aléas des changements climatiques. «M2PA développe un fonds fiduciaire qui a déjà recueilli des contributions financières du gouvernement de la Principauté de Monaco et, plus récemment, de nouveaux donateurs tels que la Fondation Leonardo DiCaprio, le Zoo de Bâle et le Musée océanographique de Monaco», indique le communiqué de l'association monégasque.

La Méditerranée, qui abrite entre 4 et 18% des espèces marines connues réparties sur une surface couvrant moins de 1% des océans, est une mer semi-fermée exposée à une forte pollution, essentiellement due aux activités économiques. En janvier 2016, le Fonds mondial pour la nature (WWF) publiait son rapport annuel avec un titre évocateur : «La Méditerranée à la croisée des chemins : le Far West ou le développement soutenable» qui met en cause le transport maritime, le tourisme, la surpêche et même l'exploitation d’hydrocarbures. Pour la Tunisie, M2PA a accordé 30.000 euros à l’Agence de protection et d’aménagement du littoral et à l’ONG Notre Grand Bleu, qui ont engagé une démarche de cogestion de l'aire marine et côtière protégée des îles Kuriat. 

Par Samir Benmalek - Source de l'article Le Matin

Aucun commentaire: