Translate

mercredi 7 décembre 2016

Liban - Jbeil innove en matière d’autonomisation des personnes âgées

La ville de Jbeil veut combattre la marginalisation des personnes âgées. Dans cette perspective, la municipalité vient de lancer une initiative visant à encourager l'autonomisation de cette catégorie de la population locale.


En collaboration avec l'Institut pour le développement, la recherche, la promotion et les soins appliqués (Idraac), la municipalité a lancé hier, lors d'une conférence de presse, la campagne « Vous avez toujours beaucoup à donner », dans le cadre d'un « Projet d'autonomisation des personnes âgées » financé par l'Union européenne. Le lancement a eu lieu en présence d'un nombre de personnalités dont le président de la municipalité de Jbeil, Ziyad Hawat, le président de l'association Idraac, Élie Karam, le chercheur principal du projet à Idraac, le Dr Georges Karam, et le responsable de la gouvernance locale et des autorités locales à la Délégation de l'Union européenne au Liban, Gianandrea Villa.

« La municipalité est considérée comme la pierre angulaire du développement local en raison des pouvoirs qui lui sont conférés, selon la loi libanaise », a déclaré M. Hawat dans un discours.
« Le projet d'autonomisation des personnes âgées vise à leur permettre de se réengager dans la communauté, non seulement par compassion, mais pour mettre en valeur leur statut social », a-t-il précisé. Une base de données a été créée pour offrir des possibilités d'emploi et de bénévolat, et des activités de loisirs. Dans ce sens, M. Hawat a invité les résidents de Jbeil âgés de 60 ans et plus à visiter le centre culturel de la municipalité pour consulter la brochure préparée par la municipalité et l'Idraac afin d'atteindre les objectifs souhaités du projet.

« Les recherches d'Idraac ont montré que 17,4 % des personnes âgées de plus de 60 ans risquent d'avoir un trouble mental au Liban, 9,1 % sont à risque d'avoir des troubles de l'humeur, 12,3 % sont à risque de souffrir de troubles anxieux », a souligné Dr Georges Karam, psychiatre gériatrique. « Ce projet était d'une grande importance vu que les interventions sociales ciblant le bien-être social des personnes âgées sont rares au Liban », a-t-il poursuivi.
Pour sa part, M. Villa a souligné l'importance du projet dans le cadre de la coopération bilatérale entre le Liban et l'Union européenne. Il a aussi expliqué les priorités futures établies avec le gouvernement libanais, qui seraient réalisées entre 2016 et 2020, avec un accent particulier sur les autorités locales, la société civile et les personnes vulnérables.

Source de l'article l'Orient Le Jour

Aucun commentaire: